films et bouquins
mardi 23 mai 2017

laszlo szabo forever

103
LES FANTÔMES D'ISMAËL
d'Arnaud Desplechin

Ça c'est étonnant : la bande-annonce raconte un film, mais qui n'est pas celui qu'on va voir. Enfin, pas exactement. Qui n'en serait qu'une petite moitié. On savait qu'Ismaël avait des fantômes (enfin, un(e), surtout), mais on ignorait qu'il réalisait un film sur son frère (c'est une des autres moitiés du film). Et, comme souvent chez Desplechin (surtout dans les derniers films), il y a autant de choses qui me fascinent que de choses qui m'agacent.
Dès le début, si on connaît la bande-annonce, on est désarçonné puisqu'on est embarqué dans l'autre moitié du film (le film, donc, que tourne Ismaël, mais on ne le sait pas encore) avec des diplomates, suppose-t-on, qui parlent d'un autre diplomate, et de son protecteur. Question acteurs, je suis content, puisque je reconnais au milieu du groupe un acteur que j'aime beaucoup, Philippe Fretun, (qui je trouve, vieillit merveilleusement), puis en la personne du protecteur un autre acteur qui m'émeut, le grand Jacques Nolot, très "Ors de la République" en patron matois du Quai d'Orsay.
On découvre que (le jeune) Dedalus est joué par un fringant Louis Garrel avec les cheveux razibus (on n'a pas l'habitude, ça lui va bien). On croit encore qu'il s'agit d'Ismaël, jeune, mais on apprendra plus tard qu'il s'agit de son frère. Ledit ismaël (Amalric, bien sur, on n'est pas chez Desplechin pour rien) nous est présenté avec son amie Sylvia (Charlotte Gainsbourg, divine), et commence alors le film qu'on avait pressenti dans la bande-annonce. Un portrait de Carlotta (hmm hmm) nous apprend que sa femme a disparu 20 ans auparavant et qu'elle a été déclarée morte. On fait alors la connaissance de son vieux père (joué par un exquis Laszlo Szabo qu'ici on révère, n'est-ce pas Pépin?), un vieux cinéaste, qui est le meilleur ami d'Ismaël (qui n'hésite pas à se rendre à son chevet lorsqu'il le réveille en pleine nuit à cause de ses cauchemars). On aura entre-temps entamé le premier d'une série de flashes-back (intitulés "deux ans auparavant", où on apprend comment Ismaël a fait la connaissance de Charlotte (qui est astrophysicienne), qui (les flash-backs) réapparaîtront régulièrement par la suite.
Puis nos tourtereaux sont en villégiature sur une île (Charlotte à la plage, Ismaël dans son bureau) et voilà-t-y pas que réapparaît, surgissant quasiment des ondes (c'est très réussi) la fameuse Carlotta (jouée par une Marion Cotillard qui m'a plutôt surpris, tellement elle a la faculté de ne pas se ressembler du tout, par moments), qui fond sur Charlotte, se présente, et se fait ramener à la maison. laquelle Carlotta a une petite idée derrière la tête, concernat Ismaël, mais ne sait pas trop quoi faire avec son père (laszlochounet) : quand on réapparaît au bout de ving ans, on assume, et on ménage les vieux coeurs fatigués.
Et, comme dans la course de chars de Ben-Hur, tout ça va se mettre à galoper, de plus en plus vite, à se poursuivre, à se rattraper, à se mettre des bâtons dans les roues, à déraper, à s'emballer, à déballer, à remballer... et il est conseillé d'attacher soigneusement sa ceinture si on ne veut pas finir largué comme un vieux paquet soudain tombé d'une malle-poste mal fermée, et abandonné au beau milieu de la chaussée en pleine nuit.
Plusieurs histoires, plusieurs époques, plusieurs conflits... On a l'impression qu'il manque des trucs, que le montage est mucho eliptico (attention, je n'ai pas dit epileptico!) mais  il semblerait que Thierry F. soit intervenu auprès d'Arnaud D. pour lui faire raboter un peu la durée de son film, le faisant passer sous la toise des deux heures alors qu'il en faisait au départ un peu plus, et que cette autre version (orininale) aurait été également distribuée en même temps que celle-ci, dans quelques salles qu'on supposes parisiennes et élitiquement (?) choisies).
Enfin, tel que, ça fait un peu trop chantier cérébral à mon goût, avec connivences universitaires et cinéphiliques (à qui donc peut-ce faire une belle jambe que celui-ci s'appelle Bloom et l'autre Dedalus, hein ? Quelqu'un aurait-il écrit une thèse sur Joyce lorsqu'il était plus jeune ?), ça part dans tous les sens, mais Desplechin oblige, tous les critiques ou presque a-do-rent et révèrent et se prosternent. C'eût été signé de quelque moins panthéonique nom que, j'en suis sûr, des tomates auraient volé (j'exagère à peine) et que des bouches se seraient sans doute  davantage pincées (le "C'est bordélique!" que d'aucuns n'auraient pas manqué de crier se mue alors "C'est un feu d'artifice", par exemple. Et tiens, justement, d'artifice(s), on pourrait d'ailleurs en parler...)  .
On passe un excellent moment, on reconstitue les histoires sur son bloc-note mental, on comble les failles, on colmate les interstices, on surligne les citations, oui, c'est plaisant. On se dit que certaines scènes (de colère, notamment) semblent un poil excessives et surjouées et, pas justes, convaincquent donc moins, mais bon. Dialogues bien écrits, bien mis en place, acteurs excellents (ah je n'ai pas mentionné Hyppolyte Girardot, ni Alba Rohrwacher, ni Bruno Todeschini, qui pourtant le méritent.). On se dit que le traitement de la fin est spécialement désinvolte (plutôt qu'un déroulant nous informant des ultimes péripéties personnelles, il a été jugé plus intelligent de faire lire le prompteur -et faire le boulot- par Charlotte G., assise face caméra, ce qui constitue le comble de l'audace nôôôn ?)
Et on sort, quand même en se disant qu'on préfèrerait un cinéma peut-être moins brillant (clinquant) certes, mais qui se regarderait beaucoup moins complaisamment le nombril...

305976

Posté par chori à 08:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 20 mai 2017

qu'angola que l'amour...

102
LETTRES DE LA GUERRE
d'Ivo M Ferreira

Un film dont j'ignorais tout avant qu'hervé n'en parle. Antonio Lobo antunes je connaissais juste de nom, mais je n'avais jamais fait l'effort de m'y plonger. Il s'agit ici des lettres qu'il a envoyées à se femme alors qu'il était médecin militaire en Angola. J'avoue que le résumé ne m'en avait pas fait plus frémir que ça et que je m'y suis rendu, cet aprèm', dans le bôô cinéma,  moitié par curiosité et moitié par politesse.
Et vlam! (c'est le bruit d'une claque (ou plutôt vlam! vlam! plutôt le bruit d'une bonne paire) dans la figure, pour figurer à la fois la surprise et l'intensité de celle-ci).
Ivo M. Ferreira a réalisé un film qui m'a mis doublement (voire, triplement) sur le cul. Lettes d'amour, donc D'Antonio Lobo Antunes à son épouse, lettres d'amour quotidiennes, tour à tour lyriques, embrasées, splendides, incandescentes, débordantes. Rien que ça pourrait justifier d'aller voir le film (elles sont lues le plus souvent par une voix féminine -celle de leur destinataire- mais quelques fois, aussi par une voix masculine (celle de l'expéditeur).
Et ces lettres viennent se poser sur les images de la vie de notre médecin épistolier en Angola, au sein d'une guerre où personne en comprend grand-chose. La vie militaire, quotidienne, au ras des paquerettes, filmée dans un noir et blanc à la fois simplissime et grandiose. Et le décalage entre ces deux formes narratives (au terre-à-terre de la vie des bidasses répond le ciel-à-ciel des lettres lues) produit un effet de sidération qui grandit plus le film progresse. Je m'en suis déjà expliqué plusieurs fois auparavant ici même, bien qu'étant un pacidiste convaincu je suis pourtant... séduit, très souvent au cinéma dès qu'il est question des bidasses, troufions et autres piou-pious, mais bien plus dans leur quotidien (le camp, les chambrées, l'inaction, les chaussettes sales, bref le prosaïque) que lors des attaques, représailles, et autres opérations logitisques et guerrières qui ne me passionnent pas vraiment.
Et (la référence m'avait fait peur car je n'avais pas vraiment aimé le film) le sublime noir et blanc à la Tabou (de Miguel Gomes) cisèle à merveille des ambiances à la fois triviales et lyriques (on suit le traintrain d'Antonio, le narrateur, au jour le jour, dans la rusticité moite de son camp à Chiunge, avec sa routine, ses incidents, ses rencontes) que la perfection des cadrages, des contrastes, des angles de prises de vue, viennent encore magnifier.
Et plus encore le texte de ces lettres d'amour, toujours fascinantes, mais dont quelques-unes sont carrément sublimes, tant l'écriture se fait incantation (je pense à une, notamment, qui n'est qu'une longue liste de qualificatifs de l'aimée).
Je m'en suis d'autant plus voulu d'être un tout petit peu tombé en somnolence au tout début du film, et j'ai dû me pincer avec la plus grande énergie pour, par la suite, ne plus en perdre une miette.
"Une splendeur" dit l'affiche, et c'est tout à fait juste.
Encore une fois merci, Hervé.
Top 10, probablement.

043650

Posté par chori à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 16 mai 2017

tasse de thé

101
GET OUT
de Jordan Peele

Un petit film sorti d'à peu près nulle part, et exploité en France parce qu'il a rapporté beaucoup de pépètes aux USA. Affiche noir et blanc, simple, efficace (gros plan sur les yeux d'un mec), titre simple (dont on ne sait pas toujours exactement comment le traduire) tout à fait à l'image du film, puisqu'il est question de Noirs et de Blancs (faut-il une majuscule ou pas ?) Le film est en couleur (normal, pour une histoire de noirs et de blanc) et plutôt malin.
Sans surprise dans les surprises, que, justement, il distille à intervalles réguliers, ni dans la construction, (on croit deviner grosso modo ce pourquoi on est venu) mais incontestablement efficace. Après une scène d'ouverture "classique" (mais nocturne et inquiétante), un genre de mise en appétit, on fait la connaissance du héros (le black du regard de l'affiche) et de sa copine (blanche) qui partent en week-end dans la famille de la dulcinée. Comme c'est la première fois, il s'inquiète de savoir si elle a prévenu ses parents qu'il était black, et elle lui assure qu'ils ne sont absolument pas racistes. Ils ont l'air, effectivement, très sympathqiues et ouverts et accueillants et décontractés et souriants. Trop, peut-être, se dit le spectateur habitué à la structure des films "inquiétants".  D'autant plus qu'il hébergent chez eux deux personnages énigmatiques, qui font office de personnel de maison multicasquettes, qui ont la particularité d'être tous les deux noirs et un peu étranges... Le héros se relève la nuit pour fumer discrétos dans le jardin, il va expérimenter diverses choses, toutes aussi étranges.
Car, bien entendu, le week-end ne va pas se passer DU TOUT comme prévu, et je ne peux hélas en révéler davantage, mais il faut reconnaître que c'est bien goupillé, la montée progressive de l'angoisse, les détails mystérieux, les choses qu'on ne comprend pas sur le coup mais qui trouveront une explication ensuite... Vous vous doutez bien que personne ou presque n'est vraiment ce qu'il a l'air l d'être au début du film et que le héros va passer de Charybde en Scylla, et aura besoin de ruser grave (mais bon, normal, c'est le héros, il est fait pour ça , hein) pour réussir à s'en sortir.
Une bonne surprise, donc. (le film passait dans le bôô cinéma, mais uniquement en vf, j'ai préféré ne pas tenter l'expérience, et j'ai préféré attendre que quelqu'un de gentil le mette à dispo sur le ouaibe et en vo, pour le regarder sur mon ordi, samedi bien soir, et j'avoue qu'à la fin j'avais tout de même un peu les pétoches, dans le noir, je suis d'ailleurs descendu voir la fin de l'eurovision pour me changer un peu les idées...).
Un film beaucoup moins anodin qu'on aurait pu le croire à première vue (on pourrait même le qualifier de "politique", si si, à la façon dont le sont les films de John Carpenter, de Georges Romero, ou de Wes Craven) et qui a le mérite de finir "proprement" (il est plus question ici d'éthique que d'hémoglobine, sur ce dernier point, il faut reconnaître qu'il est très salissant), en nous épargnant, en plus, l'habituel et insupportable rebondissement hyperfinal qui vous fait sursauter dans votre fauteuil alors que vous croyiez que tout était fini. Non, là, quand c'est fini, c'est fini. (quoique, en y réfléchissant bien, un petit Get Out 2, non ???)

253940

affiche américaine

487327

affiche française

Posté par chori à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 14 mai 2017

"dévergondées"

100
JE DANSERAI SI JE VEUX
de Maysaloun Hamoud

Le film est dédié à la mémoire de Ronit Elkabetz, et il est produit par son frère, Shlomi Elkabetz. déjà rien que le titre me plaisait, et  j'avais très envie de le voir. Et j'avais bien raison (même si, comme me l'a dit malou, Téléramuche ne délivre parcimonieusement qu'un seul petit T). Beau portrait de femmes, à Tel Aviv, aujourd'hui. Dès la scène d'ouverture, le ton est donné : une future mariée se fait épiler les jambes à la cire par une vieille femme, qui lui donne des conseils pour son futur état matrimonial : être belle, servir l'homme,... et fermer sa gueule. L'éternel "Sois belle et tais-toi" à la sauce palestinienne.
Tel Aviv a déjà été le décor de films que j'aime (notamment The bubble, d'Eytan Fox, si je ne m'abuse), ici, il sera plutôt nocturne (puisque c'est surtout-là que ces femmes peuvent tenter de vraiment vivre leur vie.) Noctambulerama. Pour danser,  chanter,  boire,  fumer (et pas que des cigarettes). Le film fait, justement, la part belle à la musique (électro) , - et Emma m'a rappelé que la bande-annonce m'avait, déjà, accroché l'oreille...-, et l'habillage (du film) est au diapason, avec un générique plaisamment graphique, duel, décliné en surlignage vert et rouge, soulignant ce que j'aime aussi beaucoup dans le film, le fait qu'il est israélo-palestinien (ou plutôt palestino-israélien, puisque, si la main qui tient la caméra est arabe, celle qui a donné les sous est juive...) et rien que ça, pour moi, constitue déjà une excellente raison d'y aller.
Trois femmes dans cet appartement (la dernière arrive en remplacement de celle qu'on a vue se faire épiler dans la scène d'ouverture et qui est donc partie se marier). Layna est avocate (et fêtarde), Salma est barman et d-j (et fêtarde aussi) et toutes les deux, cheveux au vent (qu'elles ont sublimes, -les cheveux-) voient débarquer Nour, dûment foulardée, sans aucun (cheveu) qui dépasse, avec sa valise à roulettes, et son manteau réglementairement boutonné du bas jusques en haut. Elle est étudiante, a un "fiancé" (réglementaire lui aussi) qu'elle doit prochainement (et tout aussi réglementairement) épouser.
Evidemment, les trois héroïnes vont évoluer, au contact l'une de l'autre. Trois femmes, trois cas de figures, trois relations différentes avec l'horrible et omniprésent (et sacro-saint, et écrasant) pouvoir machiste qui se manifeste notamment sous la forme d'un fiancé sourcilleux et pressant, d'un père pas très compréhensif, d'un amant qui se veut large d'esprit mais ne l'est peut-être pas tant que ça.
Jour et nuit. le film alterne donc les scènes de teuf (la nuit) et les aléas du quotidien (au jour le jour). Chacune des trois se débrouille comme elle peut avec son problème perso (l'indépendance / la soumission / la différence) mais c'est bien souvent à plusieurs qu'elles réussissent à faire un peu avancer les choses, chacune à sa manière et mettant au service des copines les moyens dont elle dispose.
Ce que le dispositif pourrait-avoir de théorique (recenser différents cas de figure) et de linéaire (l'histoire de Nour, par exemple) est contrebalancé par le joyeux bordel des scènes nocturnes, les néons urbains et les stroboscopes, son lyrisme électro-échevelé, sa sensualité, qui sent la sueur, la fumette, les shots de téquila, les "desserts" que chacun apporte à tour de rôle. La liberté, quoi. ("Les ordres du jour et les désordres de la nuit", ça ne serait pas du Ferré, par hasard ?*)
C'est surtout ça qu'on retient du film, la zique qui tape, les couleurs qui claquent, cette belle énergie déployée par ces femmes, dont on souhaiterait qu'elles poussent du coude et donnent l'exemple à toutes les copines, soeurs, mères, tantes, grand-mères, dont les yeux sont encore bien souvent occultés par le foulard qui les cache (et que certaines continuent de demander  -revendiquer- avec obstination) pour que, enfin, les choses changent un peu.
Car il faut bien reconnaître que les mâles du film ne sont pas forcément à leur honneur (mais bon, hein, ils l'ont bien voulu, et méritent ce qui leur arrive) en tant que piliers des traditions, des obligations, du phallocentrisme, de la domination des couilles, de l'asservissement des femmes... (quand même, si, un très joli -et folklorique- personnage de gay follissime mais attendrissant).
Je suis d'autant plus étonné que la critique du Monde, pourtant écrite par une femme, traite le film quasiment avec des pincettes ("C’est finalement à un exercice de ventriloquie auquel on assiste, où la réalisatrice ne donne à ses héroïnes aucune autre option, sinon l’obligation pour elles d’être des étendards et de n’exister qu’à travers une unique problématique." écrit-elle, ce que je ne suis pas d'ailleurs certain de bien comprendre...)

377281

* Ben non, j'ai googlé et je n'ai rien trouvé...

Posté par chori à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 9 mai 2017

le congélateur, etc. (additif : "sans oublier le bazooka")

(pourquoi va-t-on revoir les films ? suite)

(- parce qu'on en a fait beaucoup de publicité à tous ses amis et aux autres, et qu'on voudrait être bien sûr que ça le mérite...)

099
TOMBÉ DU CIEL
de Wissam Charaf

Manue m'avait smsé qu'elle l'avait vue la veille au soir et qu'elle était toute seule dans la salle. Vendredi à 16h, avec Marie, nous étions quatre (encore trois femmes et moi, hihihi). Autant Aurore est un film de femmes, autant celui-ci se revendique comme un film d'hommes (c'est sans doute une des choses qui m'ont fait tant l'aimer quand je l'ai vu à Belfort/Entrevues en décembre dernier ; je me souviens que j'avais jubilé de façon quasi continue pendant tout le film (comme vous pouvez le revoir ici)). Là, il s'avéra que je ne jouissais plus de l'effet de surprise (qui est sans doute pour beaucoup dans le plaisir qu'on prend au film) et que je l'ai donc revu plus...  posément (avec moins d'exaltation que la première fois). Preuve que j'étais redevenu calme, j'ai même pris conscience de certains -oh, minimes- défauts, (je devrais plutôt dire "fragilités") dans la structure, dans l'enchaînement des séquences. Et le sentiment, finalement (comme dans Aurore!) qu'il ne manque pas grand-chose pour que de très bon ça devienne excellent.
Non pas que je  regrette de l'avoir fait figurer dans mes films de l'année (je persiste), mais je ne (me) mentirai pas non plus en reconnaissant que le fait que le héros ait une si jolie barbe poivre et sel n'y est pas non plus tout à fait étranger. (midinet un jour...).Là je suis resté un poil (!) (le film est pourtant pileux) sur ma faim, peut-être justement parce que j'en aurais voulu plus (de temps).
Wissam Charaf a écrit le scénario, mis en scène, réalisé, composé la musique (une des choses qui m'avaient, aussi, beaucoup plu la première fois) de son premier long-métrage de fiction (il a auparavant réalisé quelques courts puis un documentaire, All in Lebanon), et j'aime sa façon de dire (et de montrer) les  choses. En lui conseillant juste, peut-être, d'étoffer son propos.
Ce qui m'a beaucoup intéressé (fait réfléchir), ce fut la discussion qui suivit, avec Marie, devant le cinéma. Et de voir que sa manière de digérer (d'accepter) les éléments surnaturels du film n'était pas du tout la même que la mienne. Moi je suis bon public, j'ai joué le jeu,et accepté implicitement l'aspect surnaturel (et non expliqué) de certains faits. C'est comme ça, parce que le réalisateur l'a souhaité. Sa façon à lui de chantonner, comme Bourvil "C'était tout juste après la guerre..."
Les hommes, la guerre, la mémoire, le désir... Et le bazooka.
(la bande-annonce )

Capture-d%u2019écran-2016-04-24-à-14

(les deux frérots)

arton5014

la nouvelle affiche (dont je ne suis pas certain qu'elle serve vraiment la cause du film...)

Posté par chori à 10:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 6 mai 2017

samantha

098
AURORE
de Blandine Lenoir

Agnès Jaoui est une dame qui, pour moi, jouit d'un capital sympathie énorme, que ce soit en tant qu'actrice, réalisatrice, scénariste ou dialoguiste (en voilà des casquettes!). Je lui dois maints bonheurs cinématographiques, petits ou grands c'est selon. Et elle confirme ici tout ce bien qu'on pense d'elle (et qu'on va continuer à penser) dans un beau rôle de femme mûre, superbement épanouie, dans le prolongement de celui qu'elle tenait dans le délicieux Comme un avion de Bruno Podalydès.
De Blandine Lenoir, j'ai vu le précédent film, Zouzou, (noël 2014) que je n'ai visiblement pas beaucoup apprécié  puisque je n'en ai mentionné que l'affiche et le score : ** (normalement ça peut monter jusqu'à *****). Mais bon, la bande-annonce était vraiment drôle et plaisante, Emma avait vu le film à Besac et avait adoré, et ça passait cette semaine dans le bôô cinéma. Trois bonnes raisons, non ?
Séance de retraité(e)s, donc, à 16 h (3 femmes et moi). Et il faut reconnaître que le film tient sympathiquement les promesses de sa bande-annonce. Une femme, la cinquantaine, donc, "épanouie", avec ses deux filles, plus une grande copine, plus un ex-mari, à un moment particulier de sa vie (mais tous les moments de nos vies ne sont-ils pas, par définition, des "moments particuliers" ???). Elle retrouve par hasard son premier amour de jeunesse (Thibaut de Montalembert, très bien, vu en ce moment dans Dix pour cent) et replonge dans son passé, elle a affaire à un nouveau patron dans le bar où elle était serveuse et qui l'affuble d'un nouveau prénom, et affronte son présent, l'aïné est enceinte, la cadette veut arrêter ses études, elle fait face à l'avenir... Family life, quoi, sur tous les tons, de tous les temps.
Marie à la sortie évoquait à la fois Lulu femme nue et Camille redouble, et elle avait doublement raison (d'ailleurs, Solveig Anspach a droit à  un remerciement spécial dans le générique de fin). Film" de femme(s)", de copines, de sororité, dont, forcément pour lequel il me manque quelques clés pour l'apprécier pleinement (tout ce qui tient à la relation mère/fille par exemple). Le film est vraiment plaisant, Agnès Jaoui en est de pratiquement tous les instants, elle y rayonne jubilatoirement. Et  c'est vraiment un grand bonheur de la suivre.
On avait deviné assez tôt comment ça allait finir, mais on est quand même content que ça finisse comme ça, on se laisse aller avec plaisir, en plus, Bertrand Belin a composé une musique qui va  bien avec le film. De quoi être ravi, passer un très bon moment.
Il manque toutefois (faisons notre esthète cinématographique boudeur et poseur) un petit je-ne-sais-pas-quoi (qui est légèrement différent d'un je-ne-sais-quoi, sans que je puisse vraiment préciser en quoi) pour qu'on soit encore plus heureux en sortant (pendant le film, je me suis mis à faire des comparaisons avec L'autre côté de l'espoir, en me demandant pourquoi, dans un cas, j'avais ressenti  une émotion esthétique aussi violente pendant tout le film, tandis que, dans l'autre, je ressentais juste le plaisir de voir un film plaisant. Ce qui est déjà bien, quand même, reconnaissons-le). Peut-être juste un peu trop sage, un peu trop contenu, attendu... mais c'est vrai qu'il faut lui reconnaître la singularité d'un (beau) portrait de femme quinqua, ce qui n'est pas si courant par les temps qui courent, dans le cinéma (qu'il soit français ou étranger). A défendre, donc, et à encourager.
Un film ensoleillé, chaleureux, oui, comme quoi, hein,  une  bouffée de chaleur ça peut ètre agréable...

471835

Posté par chori à 06:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 4 mai 2017

le congélateur, le tas de charbon, et le doigt coupé...

(pourquoi va-t-on revoir un film ?)

(-parce que l'occasion fait le larron...)
095

ORPHELINE
d'Arnaud des Pallières

Revu dans le bôô cinéma en compagnie de Coralie et Pépin. Ce qui changeait c'est que l'écran cette fois-ci était vraiment gigantesque (on était pourtant un peu au fond) et qu'il s'agissait presque de fournir un effort pour faire un balayage oculaire complet gauche/droite (et presque donc d'avoir à tourner la tête, si si!) heureusement, il n'y avait pas de sous-titres.
Le film m'a fait (un peu) moins d'effet qu'à la première vision (j'étais surtout impressionné par cette histoire de taille d'écran), mais les actrices sont toujours aussi bien, chacune dans son registre et dans sa partie. Et j'aime toujours autant cette forme de déconstruction "en arrière toute!" et la quantité d'interrogations et de doutes qu'elle génère (qu'elle suggère).

 

(-parce qu'on l'a tellement aimé la première fois qu'on a envie de vérifier si on l'aime toujours autant la seconde...)
096

L'AUTRE CÔTE DE L'ESPOIR
d'Aki Kaurismaki
"Rouges sont les baies du sorbier comme si elles étaient en sang...". Toujours autant une merveille, toujours pour moi le même effet de sidération (qui se traduit par ce truc au niveau du plexus et cet autre machin qui coule des yeux) : tout est simple, tout est juste, tout est magnifique, tout est émouvant. Et tout est soigneusement composé, entre impossible et impassible, avec ce tempo si particulier, cette inexpressivité soigneusement surjouée, cette humanité glacialement bienveillante, cette économie de mots qui contient l'intensité et la profondeur des sentiments. Si, comme il l'a annoncé, c'est effectivement le dernier film de Kaurismaki, c'est parfait de quitter la scène sur cette note-là. Comme ce film, oui c'est... parfait.

 

-pour rendre service (parce qu'on est serviable)
097

GRAVE
de Julia Ducournau
Où il était question d'accompagner au cinéma une demoiselle qui avait peur d'aller le voir seule (ce fut exprimé en LSF). Je l'avais déjà vu, ce savais à quoi m'attendre. Encore une fois, passer de l'écran moyen de Besançon à celui gigantasquissime du bôô cinéma s'accompagna de l'effet de transmutation (ce n'est plus tout à fait le même film), déjà ressenti pour le précédent Orpheline. J'avais deux spectacles pour le prix d'un : les aventures de Justine, sur l'écran, et celles de Marie, à côté de moi, qui se cachait régulièrement les yeux derrière (voire même sous) son manteau. Le film est toujours aussi efficace, la jeune Garance Marillier toujours aussi impressionnante et le jeune Rabah Nahit Oufella toujours aussi bandant. (et j'ai toujours un peu vaguement la nausée en sortant de la salle.) Tentavice (réussie) de mutation, d'hybridation des genres. Où le film, dit "de genre", justement ne serait peut-être qu'un oripeau, un déguisement, un argument publicitaire.

 

201366

099402

461162

201991

270401

392936

 

Posté par chori à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 26 avril 2017

le choeur et le taureau

094
L'OPÉRA
de Jean-Stéphane Bron

Emma avait été tellement enchantée par ce film qu'elle est revenue le voir avec moi. J'aime bien ce genre d'expérience immersive dans un milieu donné, comme ont déjà pu en produire Nicolas Philibert chez nous (Un animal des animaux, La Ville-Louvre, La Maison de la radio, La moindre des choses, Le pays des sourds) et Fred Wiseman aux USA (il y en a beaucoup trop pour que je les nomme, je vous recommande le volume 3 de ses oeuvres). Etre comme une petite souris (les américains disent fly on the wall) et assister à ce qui se passe un peu partout, à tous les niveaux, depuis le tout-en haut (les bureaux de la direction) jusqu'au tout-en-bas (les coulisses et les arrière-salles). Ce qui se dit, ce qui se fait, ce qui se met en place, ce qui coince, ce qui change,  C'est très plaisant, très agréable, on se sent presque un privilégié de pouvoir assister à tout ça (oui, le prix des places à l'Opéra est prohibitif, et vu le taux de remplissage, les happy few semblent beaucoup plus nombreux qu'on pourrait le penser). En cette période pré-électorale, ça retourne bien le couteau dans la plaie (et ça pourrait le replacer entre les dents) : les riches à l'Opéra, et les pauvres au bistrot!. mais revenons à l'art lyrique et au chorégraphique, puisqu'on passera, avec le même bonheur, des entrechats aux contre-ut (c'est invariable), et on aura donc la chance et le plaisir d'assister à la gestation -et à la naissance- de plusieurs créations (Moïse et Aaron, La Bayadère, Les Maîtres-Chanteurs), chacune apportant son personnel et ses problèmes spécifiques, entre lesquels le réalisateur et sa céra vont et viennent, batifolent, virevoltent : un choeur de longue haleine, un taureau, un élève-chanteur russe, une ballerine, un responsable qui ne sait plus s'il veut l'être encore, une jeune demoiselle qui se contient avec son violoncelle, et qne sait faire que teuh!, un moment d'émotion à propos des victimes du Bataclan...
C'est très très agréable, parce que très bien construit (on est d'abord un observateur extérieur, et plus ça va plus on s'approche des choses -et des personnages-) et les presque deux heures passent sans qu'on s'ennuie une seconde.

337011

Posté par chori à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 25 avril 2017

proactive

093
CORPORATE
de Nicolas Silhol

D'abord, j'étais content de revoir Céline Sallette. Et d'autant plus que pour une fois, elle ne taille pas la zone en buvant des bières et en étant très malheureuse. Bon là, elle est habillée classe, elle a un beau bureau, des chemises blanches impeccables qu'elle change souvent (plusieurs fois par jour), des chaussures de dame, et c'est une killeuse. (elle le dira elle-même, un peu plus tard dans le film). Elle est chargée des RH dans une entreprise où Lambert Wilson est son supérieur. Oui, c'est une killeuse, et elle a été embauchée pour killer.
Et, justement, un des employés dont elle avait la charge va se défenestrer sous ses yeux (et ceux de tous), dans la cour de l'entreprise. Elle l'avait croisé dans la rue quelques instants plus tôt, et avait été plutôt sèche envers lui (un employé "placardisé" dont on avait fait en sorte qu'il finisse par proposer lui-même sa démission, mais qui avait la mauvaise idée de résister et de ne pas le faire...). Ca fait tâche (dans tous les sens du terme). Débarque alors une inspectrice du travail qui se met... au travail pour déterminer les circonstances, les causes, du décès en question. Et la faute à qui donc est-ce. La frontalité initiale du choc entre les deux forces en présence (l'inspectrice / la RH) va se moduler, comme évolue le comportement de la DRH lorsqu'elle prend conscience qu'on veut lui faire endosser toute la responsabilité, alors que, selon elle, elle n'a fait qu'obéir aux ordres.
Céline Sallette incarne vaillamment le personnage de la RH glaciale qui s'humanise progressivement (d'abord pour sauver sa peau, peut-on penser) pour finir par se transformer en Zorette (féminin de Zorro) justicière, comme lui dit son patron "soudain douée d'une conscience"...
Le film démarré en chronique sociétale ("les personnages sont fictifs mais les modes de management sont réelles" est-il dit en ouverture)  continue en thriller efficace jusqu'à son épilogue attendu (qui n'avait guère que deux options possibles : soit ça finissait tout blanc, soit ça finissait tout noir)  mais irréaliste (schématique) un chouïa, non ? (je suis perso assez youp la boum, mais bon, là, e dénouement évoque quand même trop Fantômette et la multinationale). La question humaine, de Nicolas Klotz, avec le même point de départ ou presque, était autrement fort et dérangeant...
Mais le film se voit sans problème, suscite une saine -et justifiée- indignation mais bon les choses dans ce domaine ne semblent pas prêtes de changer (et ce n'est pas le résultat du premier tour de la présidentielle qui va me contredire, hein ?)

140482



Posté par chori à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 19 avril 2017

nourrir les bêtes

092
CERTAINES FEMMES
de Kelly Reichardt

Sacrée belle journée de cinéma : après La Belle et la Bête, à 18h, on enchaîna, à 20h30, sur ce film par moi très attendu. Kelly Reichardt est une réalisatrice américaine dont nous avons programmé tous les films dans le bôô cinéma, depuis l'inaugural (mais j'ai appris par allocinoche qu'il y en a eu deux autres, avant, qui ne sont pas arrivés jusqu'ici)- et par moi très aimé- Old Joy (oh la jolie scène du bain...). Que ce soit en évoquant une vagabonde et sa chienne, des activistes écolos, un convoi de pionniers, elle réussit toujours à susciter l'émotion, par son acuité attentive, sa façon très personnelle de s'intéresser de très près au presque rien. Moins il y en a, et plus, justement, ça fait de l'effet. Poétique de l'infime.
(je suis tombé sur un ancien numéro des Inrocks où la dame se faisait interviewer par Bertrand Bonnello, qui se déclare amoureux de son cinéma, et où elle expliquait que, justement, elle demandait à ses actrices/teurs d'en faire toujours moins, d'en ôter, de réduire...)
Et ce film-là va tout à fait dans cette direction.
Trois histoires, mettant en scènes quatre femmes, trois récits simplement juxtaposés, mis bout à bout, montés cut, sans qu'on n'éprouve aucune difficulté à passer de l'une à l'autre. Sans transition. Dans le premier segment, une avocate (Laura Dern) est confrontée à un client malheureux, dans le second une mère de famille (Michelle Williams) convoite le tas de pierres d'un vieil homme, dans le troisième une demoiselle qui s'occupe seule de son ranch (Lily Gladstone) découvre les cours (du soir) de législation donnés par une jeune stagiaire (Kristen Stewart) et devient une de ses élèves les plus assidues.  (Lily Gladstone, c'est "la" révélation du film, et  elle avait pourtant fort à faire, vu ce que proposent ses trois copines en haut de l'affiche, mais c'est elle la plus touchante, simplement).
Quatre portraits de femmes, pour trois histoires, chacune avec son épilogue. Chacune me touchant de façon différente (je les aime toutes les trois) mais j'avoue que la dernière m'a scotché. Pourtant, je ne suis pas une fille, je ne m'occupe pas de mes chevaux, je ne vais pas aux cours du soir de législation, mais je me suis complètement identifié à ce personnage. A sa façon d'être, de procéder. D'être amoureuse, de désirer, mais sans que jamais rien ne soit dit. D'attendre. De cette façon de vivre pleinement, ardemment, des instants passés ensemble, des moments simples, jusqu'à ce que, à chaque fois on reste seul(e) dans la nuit en regardant les feux arrière de la bagnole disparaître. Oui je peux dire que je me suis reconnu.
Et j'ai adoré cette porosité des sentiments qu'induit le montage. A la fin de la troisième histoire s'enchaîne l'épilogue de la première. Auparavant la musique est venue, face au paysage, un moment suspendu, auquel succède sans transition le plan de la table avec les deux sacs de fast-food, et c'est juste le temps qu'il a fallu aux larmes pour monter de la scène précédente, mais l'émotion est parfaitement raccord. Et tout aussi intense.
Quatre femmes, une petite ville du Montana, l'hiver, la vie qui va, le temps qui passe. Et j'étais prêt, à la fin, à recommencer, et à reprendre le film depuis le début.
Top 10

540809

042929

289638

044648

044179

 

Posté par chori à 06:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]