jeudi 8 mai 2014

Oh oh

Oh oh comme les choses s'accumulent, s'entassent , se précipitent... Il y a eu la semaine du procès (dont je n'ai pas voulu parler), puis la première semaine de vacances (dont je n'ai pas eu le temps de parler), puis la deuxième (dont je n'ai pas pu parler, puisque j'étais in Paris), et voilà que sont terminées ces "mes dernières vacances de pâques", retour à l'école pour "la dernière ligne droite", le sprint le long de ce mois de mai traditionnellement cabossé et plein d'ornières, dont on se dit qu'on n'aura jamais le temps de faire tout ce qu'on a prévu d'y faire...
Ca y est, c'est "officiel", je vais partir en retraite, mon poste a été publié au mouvement, cela a été écrit et acté, et des gens déjà téléphonent pour se renseigner, /avec à l'intérieur de moi ce bizarre sentiment de ne pas y croire tout à fait, de ne pas en être sûr, en tout cas d'appréhender ce que vraiment ça représente, et de ne pas encore être capable de se projeter dans un avenir quelqu'il soit, au-delà de juillet/août et de ses habituelles piscine/chaise-longue/vacance/ne rien faire etc./

Posté par chori à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 5 mai 2014

from paris 2

149022

174935

033857

418492

491047

542714

047773

rude journ

21057161_20131113102103945

479126

Posté par chori à 07:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2014

back from paris : quelques points de vue(s)...

DSC02581samedi : tiens, ils ont prévu des sièges exprès pour moi...

DSC02631lundi : tiens, il y a un chantier juste en face de chez Malou...

DSC02707lundi : tiens, l'expo Bill Viola...

DSC02686mardi : tiens, le chantier de la Canopée...

DSC02938mercredi : tiens, les toilettes du Club Marbeuf...

DSC02940mercredi soir : tiens, une nature morte dans mon assiette...

DSC02953jeudi : tiens, il pleut...

DSC02961jeudi soir : tiens, des gouttes panoramiques parisiennes...

DSC03045vendredi : tiens, à bientot la Canopée...

DSC03069vendredi : tiens, ils ne font pas le pont...

Posté par chori à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

tit cul d'bitch

TOM A LA FERME
de Xavier Dolan

J'ai avec Xavier Dolan des rapports un peu en dents de scie. Son premier film (J'ai tué ma mère) m'avait autant fasciné qu'exaspéré, son second (Les amours imaginaires, vu sur l'insistance de Loulou), m'avait beaucoup plus convaincu, tandis que le troisième (Lawrence, anyways) m'avait, hormis la performance de Melvil Poupaud, plutôt laissé de glace. Ce jeune homme est doué, il le sait, et il tient à le faire savoir (c'est peut-être ça qui me le rend agaçant...)
Et pourtant, j'avais très envie de voir ce Tom à la ferme, et ce fut donc le troisième film enchaîné de ce cinématographique lundi de pâques... Xavier Dolan joue le Tom en question, qui débarque à la cambrousse pour assister aux funérailles de son ex-amant. Il fait la connaissance de la mère de celui-ci (sans lui dire tout à fait toute la vérité sur la nature des liens qu'il avait avec le défunt), puis du frère du même, avec qui des rapports "conflictuels" vont immédiatement se mettre en place, et constituer d'ailleurs l'ossature de ce "film de genre", donc la musique très très hermannienne souligne le côté hitchcockien de la chose. Le frangin en question, donc, est présenté comme une brute barbue trentenaire, vivant seul avec sa mère dans la ferme en question, homophobe, violent, mais avec qui le jeune Tom va paradoxalement  nouer des liens étranges d'attraction / répulsion, d'abord au prétexte que la mère de l'amant mort ne doit pas savoir qu'il était gay, ni pourquoi est venu lui rendre un dernier hommage, un personnage de fiancée factice ayant été inventé par le frangin pour "préserver" sa môman de la découverte de la "funeste vérité" (c'est moi qui mets les guillemets).
Il est question d'emprise, de domination, de mainmise. Au départ il pourrait presque s'agir d'un jeu, "on dirait qu'on serait..." Tom se laisse plus ou moins manipuler d'assez bonne grâce, et le voilà qui enfile un bleu pour aide aux travaux de la ferme, et il y a même ensuite une scène assez troublante de tango dans un hangar vide. La relation entre les deux hommes (le blondinet urbain et le brun rural) est en dents de scie, le frangin soufflant le chaud et le froid, un coup la guerre et un coup l'armistice, mettant le spectateur dans un délicieux embarras de cul entre deux chaises (ou de chaise entre deux culs, hihihi!). tout parait biaisé, et de plus en plus, entre les trois personnages de cette rurale trinité (la mère / le fils / l'amant)
Mais tout va encore se compliquer lorsque Tom va avoir l'idée saugrenue de faire venir en chair et en os la fameuse fiancée qui figure sur la photo que le défunt duplice avait fourni au frangin bas de plafond comme "alibi" (ou "objet du délit") et que, assez rapidement,  la maman va  réaliser qu'elle ne correspond pas vraiment à ce qui en a été dit, et qu'il y a décidément quelque chose qui cloche...
Quatre personnes, donc, Tom, le frangin, la maman, et la fausse fiancée, qui vont progressivement s'empêtrer dans un rouleau de mensonges et de faux-semblants, comme si on les enveloppait de fil de fer barbelé, de plus en plus serré au fur et à mesure que le film progresse (et que la marge  d'action se réduit inexorablement).
Partir, ne pas partir ? Rester , revenir ? Tout dire ? Se taire ? les choses ne sont pas si faciles à savoir, ni les décisions à prendre. Le réalisateur se plaît à ligoter tout aussi impitoyablement le spectateur que le film ses personnages, et la musique augmente encore la tension dans laquelle la progression dramatique nous met. Et tout se tendvers un point nodal, après une scène qui -c'est drôle, j'en ai reparlé avec plusieurs personnes après qu'elles aient vu le film, et aucune n'a vu exactement la même chose, je veux parler de la scène dite "du bar et du bus"- nous met plus ou moins en porte-à-faux, en laissant le champ libre à toutes les suppositions, notamment en ce qui concerne les personnages féminins, pour nous recentrer sur une scène de crépuscule, de forêt et de poursuite qui n'est pas sans évoquer la scène finale de L'inconnu du lac...
(Oui mais, comme dit Malou, là on sait que "ça finit bien", alors que dans l'autre cas, on n'en était pas du tout sûr...).  Et on est bien obligé de reconnaître, lorsqu'on peut, enfin, reprendre sa respiration, qu'il est fichtrement doué, le bougre, dans ce quatrième film qui est probablement celui que j'ai préféré de lui (parce que, peut-être, justement, il a quitté la pose arty, mais peut-être, justement, pour en prendre une autre, genre "regardez, je peux faire tous les genres...", et que c'est, justement, toujours la même finalement, non ?) . Oui, oui, il est fort... (et son nouveau film, si je ne m'abuse, est déjà en compét à Cannes 2014!)

432844

Posté par chori à 13:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 3 mai 2014

histoires d'amour, de poules et de coqs

MY SWEET PEPPER LAND
de Hiner Saleem

Je ne suis pas objectif, je sais. J'adore les films d'Hiner Saleem parce qu'ils sont plein de Kurdes, et que ces gens-là me touchent et m'émeuvent... tout particulièrement. Comme dans Si tu meurs je te te tue, son film précédent, on en a ici une fratrie entière, attentive à la destinée de la plus jeune soeurette (tous les autres étant bien évidemment des mâles du type à poil dur et à oeil de velours), la divine Godshifteh Farahani (qui, déjà dans Si tu meurs je te tue, jouait la fiancée), qui veut repartir faire l'institutrice toute seule comme une grande dans un patelin du trou du cul du monde, et qui est obligée de poser à son père la question de confiance pour qu'on l'autorise à partir.
Parallèlement on a suivi l'histoire d'un autre monsieur kurde, un ancien peshmerga -j'adore ce mot- qui va atterrir (pour fuir sa maman qui veut absolument le marier, comme s'il n'avait pas droit au repos du guerrier qu'il a bien mérité) , ô coïncidence (un coup monté du cupidon kurde ?) dans le même village du trou du cul du monde comme nouveau chef de la police et garant de l'ordre. Sauf que la région est sous la "protection" d'un méchant tout puissant et qui va voir d'un mauvais oeil (de velours, tout de même, bien entendu) la venue de ce jeune plein d'illusions qui vient remettre en cause son hégémonie infectieuse et celle de sa bande de mercenaires (tous, bien entendu, à poil long et oeil de velours, mais méchants).
D'autant que les circonstances vont rapprocher -en tout bien tout honneur- dès la première nuit nos deux tourtereaux (l'institutrice et le gendarme, oui, on sent bien dès le début qu'ils sont faits pour tourterer, même si ça prendra tout le film pour -attention spoiler!- arriver à leurs fins), puisque la demoiselle va être hébergée par le gendarme pour la nuit puisqu'il n'y a pas de place au saloon à l'auberge.
(J'utilise à dessein le mot saloon puisque le réalisateur va s'amuser à reprendre scrupuleusement les codes du western - le shériff incorruptible, les bandits, le chef des bandits, l'héroïne virginale, les chevaux, les bagarres, la musique- tout au long du film. On connaissait le western-spaghetti, mais quid du western- (là j'ai un trou, quelle est donc le mets de choix des kurdes ,-...?) Bref, toujours est-il que dans le village ça va méchamment jaser : de quoi de quoi ? La belle maîtresse musicienne (elle joue d'un instrument magnifique dont j'ai oublié le nom) dans le lit du shérif à poils durs dès le premier soir et sans être mariés ? Le chef des méchants y voit l'occasion de régler son problème (ses problèmes, d'ailleurs, avec l'instit et avec le flic) en téléphonant perfidement au père de la demoiselle pour insinuer qu'elle aurait sans vergogne piétiné sa vertu, ce qui a pour effet immédiat de faire débouler au village toute la fratrie (à poils longs et à oeil de gazelle), avec l'intention de ramener la donzelle manu plus ou moins militari au bercail...
D'où altercations -et tentatives d'explications- diverses, de part et d'autre (le héros, les méchants, le chef des méchants, la demoiselle, les frangins...), embuscades, échauffourées, secouages de puces, jusqu'à ce que, heureusement
1) le bon droit triomphe du mauvais
2) l'amour triomphe de tout
Yesss! Ouf! On l'avait deviné depuis le début, mais là n'était pas le problème, on est 'achement content quand ça se concrétise (ooooh ils vont avoir beaucoup d'enfants qui auront des yeux de gazelle et sauront jouer du klong -ça n'est pas véritablement ça le nom de l'instrument mais ça n'a pas d'importance...-) et tout va donc pour le mieux dans le meilleur des Kurdistan(s)...

083402

Posté par chori à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 avril 2014

la dernière pièce du puzzle

UNE PROMESSE
de Patrice Lecomte

Celui-là, soyons franc, je n'avais pas véritablement l'intention de le voir, MAIS COMME c'était le lundi de pâques, qu'il pleuvait, que tout en ville était fermé ET QUE j'avais hélas un trou entre les deux films que je voulais voir (Pepper Land et Tom), j'ai donc regardé à quoi correspondait la séance intercalaire : un film d'animation (bof) le Resnais (mouais) et tiens un Lecomte en anglais, avec des acteurs anglais, et d'après Stefan Zweig... c'est donc pour celui-là que j'ai opté, en me disant (le lâche) "De toute façon, au pire,  si ça m'ennuie je m'endors, et basta..."
Bon j'avoue que j'ai un tout petit peu dormichouillé au début, mais comme disait Livchine "Ce n'était pas un sommeil hostile...". Après, dès que j'ai eu l'oeil ouvert, je ne l'ai quasiment plus refermé . C'est... très Zweig : le mari et la femme, dans une maison très grande et très belle, lui beaucoup plus vieux qu'elle (hum hum) mais ils ont un enfant... Arrive une jeune homme, jeune, donc, comme il est annoncé, et beau, et les hormones ne tardent pas à bouillir de part et d'autre (pas le mari, bien sûr, joué par Alan Rickman, que, il y a quelques décennies j'appréciai énormément dans un rôle d'amant défunt : Truly, Madly, Deeply... mais bon là il est vieux, et il ne pense pas à la rigolade, il ne pense qu'à son usine, et ça tombe bien :  le jeune homme doit être ingénieur stagiaire ou un truc dans le genre , désolé c'est au début que ça s'est dit et je dormais...) surtout quand le mari décide d'embaucher le jeune homme comme secrétaire particulier et quasi bras droit de l'entreprise, et en même temps de l'héberger dans sa grande maison, au lieu de la minable chambre de bonne sous les toits qu'il  occupe en ville... Un jeune homme, une jeune dame, une passion portée à incandescence qui ne peut pas éclater au grand jour, des frémissements, des regards, des pâmoisons silencieuses, on est vraiment chez Zweig... Au bout d'un moment, quand il commence à y avoir anguille sous roche, le mari décide d'envoyer le jeune homme au Brésil pour une durée indéterminée, ce qu'il est bien obligé d'accepter, d'où souffrance douleur déchirement vase brisé larmes et -enfin!- échange de la promesse qui donne son titre au film.
C'est très impeccablement réalisé, un peu corseté ("un peu trop amidonné, peut-être" pensais-je) mais cette rigidité formelle est plutôt en adéquation avec celle, morale, de l'époque et du récit. L'histoire d'une passion zweigienne (le feu/la glace pour résumer, et le carcan des conventions par dessus), avec tous ses passages obligés et/ou attendus (ah, cette confession à mi-voix du mari expirant) et même -attention spoiler - une happy-end nunuchissime dont je ne suis pas certain qu'elle soit dans le texte original, connaissant Stefan Z., mais, comme je ne l'ai pas lu, je ne peux rien affirmer!
Bon, toujours est-il qu'on a déjà vu Lecomte plus inspiré et plus personnel, me semble-t-il...

234510

Posté par chori à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 25 avril 2014

le champ de lavande

HEIMAT l'exode
d'Edgar Reitz

Je n'avais pu voir que la première partie, au Victor Hugo, et je m'en étais senti un tantinet frustré. Me voilà donc satisfait et comblé puisque, après Heimat 1 la semaine dernière, nous projetons cette semaine le 2. Attention, juste pour trois petites séances! On retrouve donc les personnages exactement ou presque là où on les avait laissés à la fin du 1.

(et moi mine de rien  je retrouve ce post là où je l'ai laissé voilà plus d'une semaine)

Les deux frères, Jakob et Gustav, leurs parents, les deux jeunes filles avec qui ils ont "fait la fête" à la fin du permier volet (certains plus que d'autres, d'ailleurs...), le forgeron, le meunier... et toujours ce noir et blanc sublime, cette qualité d'image qui ne peut que faire soupirer d'aise... En faisant en noir et blanc ce qu'Olmi avait fait il y a quelques lustres en couleurs (L'arbre aux sabots, remember ?) : une "chronique paysanne" attentive et sensible, reitz acquiet pourtant une espèce d'universalité, un souffle épique, qui transportent le spectateur aussi réjoui qu'ébahi. Tout est simple, a priori, et pourtant tout a fait l'oeuvre d'une reconstitution minutieuse, sans que cela paraisse lourdement à l'écran. Les apparitions épisodiques de couleur dans tout ce beau noir et blanc, qui en avaient fait ronchonner quelques-unes, dans le 1 (n'est-ce pas, Malouchounette ?) si elles semblent un peu systématiques (et entassées) dans le début du film, acquièrent ensuite, par leur raréfaction, une présence d'autant plus forte (ah le champ de lavande, ah le mur bleu dans la cage d'escalier...).
On aime ces gens, on aime leurs histoires, petites et grandes : familles, mariages, deuils, épidémie, émigration, amour, pardon, réconciliation... Et le Brésil comme un ailleurs, un fabuleux eldorado, qu'on ne verra jamais, mais dont on entendra -enfin- parler...

(oui, décidément, c'est une peu -plus- difficile de parler d'un film, comme ça, au bout de quinze jours...)

21036615_20130906144740187

Posté par chori à 07:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 24 avril 2014

I feel you

LIGNE D'EAU
de Tomasz Wasilewski

Encore un film reçu (et vu) en avant-première, grâce à la gentillesse de sa boîte de prod, Outplay pour ne pas la nommer, qui nous envoie, de par notre entregent (non non je n'ai rien dit d'autre), ces films gay (euh à présent il faut dire LGBT, je sais, mais je reconnais que c'est surtout le G qui m'intéresse...), venus d'un peu partout, que nous programmerons ensuite, ou pas (Nous l'avons fait pour Le chemin des dunes et pour Una noche, respectivement la Belgique et Cuba). Il s'agit ici de la Pologne, ce qui pourra sembler un peu plus surprenant car c'est un pays qui n'est pas spécialement renommé pour être rose comme la cage aux folles.
Pour les histoires d'amour entre garçons, je le sais, j'ai une âme de midinette, et je suis prêt à subir les conventions inhérentes au genre : habituellement, les protagonistes sont gaulés comme des dieux -c'est vrai, ça, pourquoi ne filme-t-on jamais une histoire d'amour entre mecs normaux, avec des lunettes, des cheveux gras, du bide ? oui oui ce serait certes moins vendeur, mais c'est la vie, borde! Et on me répondra alors que le cinéma n'est pas censé être une imitation de la vie, et toc!-, au début il y en a un qui n'aime pas l'autre, mais au bout d'un moment ils s'aiment, et, à la fin, ça peut finir très bien genre lune de miel ou bien au contraire c'est grave la cata, Mort à Venise, Malher, sang et larmes et désespoir...
Tomasz Wasilewski réussit à mettre en place une histoire qui est tout sauf une bluette eauderosée : le héros s'entraîne pour devenir champion de natation (ok, l'option "gaulé comme un dieu est bien cochée mais bon, il est hétéro, il vit avec sa copine, chez sa mère, dans une Pologne où "l'eau coûte cher..." et les pépettes sont rares -mais pas les occasions de s'engueuler-). Un quotidien pas forcément emballant, retracé sans fioritures en plans qui s'enchaînent sèchement, entre lesquels le spectateur doit faire fonctionner ses méninges pour identifier les césures et les enjambements. Tout n'est pas raconté scrupuleusement in extenso et c'est tant mieux.
Bien évidemment il rencontre l'autre jeune homme à une soirée, avec qui tout d'abord il ne partage qu'un joint sur le balcon... Le nageur c'est Kuba et l'autre c'est Michal. Et voilà qu'après cette soirée la vie continue, certes, entraînement/copine/cohabitation chez maman, mais il y a désormais un petit quelque chose en plus (ah j'adore ces histoires d'hétéros qui craquent, ce sont mes préféré(e)s) : Kuba réalise que euh et bien il serait peut-être bisexuel, non ? Et va explorer cette possibilité. Et les choses suivent leur cours... Avec Michal, donc, avec Sylwia,la copine, avec la maman qui s'en mêle, (vous imaginez bien qu'elles ne vont pas forcément aller en se simplifiant), et...
eh eh je vais m'arrêter de raconter là, qu'il vous reste encore le plaisir de la découverte!
Un film tenu, tendu, où le souci principal du réalisateur n'est pas de nous exposer de mâles et frénétiques copulations mais bien de retracer avec justesse une "histoire simple", inscrite dans un contexte (socio-politique) précis, dans  la réalité contemporaine d'un pays donné. La Pologne nous parle d'homosexualité et c'est une bonne nouvelle. Comme dans beaucoup d'autres pays, l'évolution des mentalités en serait une meilleure...

487669

Posté par chori à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 22 avril 2014

paris by night

AU BORD DU MONDE
de Claus Drexel

Vu dans le cadre de la Quinzaine de la Diversité. Et en présence du réalisateur, un grand échalas très sympathique. De ce film assez unanimement louangé je me méfiais un peu pourtant (comment peut-on esthétiser la vision des sdf à paris la nuit ???). Effectivement, les choix du réalisateur sont forts (ses "parti-pris esthétiques") : filmer la nuit, uniquement, dans un Paris qui plus est entièrement vide, exceptés les sdf qui témoignent de leur(s) vie(s) dans ce qui semble un dialogue avec le réalisateur (on entend quelquefois ses questions), filmés en plans plus ou moins serrés (les premières fois, on ne les "voit" pas vraiment, chacun(e) en train de dormir (ou d'essayer de) comme essayant de se fondre dans le paysage urbain environnant, de s'abstraire : des paquets, des enveloppements, des formes, anonymes d'abord, puis à qui le réalisateur va donner, tour à tour, la parole, et les nommer. Chrysalides. La photographie du film est absolument somptueuse : nuit, lumières, un univers nocturne urbain "transcendé", virant onirique ou cauchemardesque, c'est selon. Chacun des personnages du film s'exprime (ou pas). (Il n'y a pas forcément besoin de mots pour exprimer la vérité, la terrible réalité, d'une condition.) Pour le réalisateur (il nous l'a dit) il s'est agi d'abord d'une découverte, la prise de contact avec ce monde contigu au notre, mais pas forcément proche. Pour le spectateur, il s'agit avant tout d'un constat, dont le réalisateur souhaiterait qu'il aboutisse à une prise de conscience. Nos habitudes de confort (notre "petit confort") sont bien évidemment secouées violemment (quoique sans violence et sans cris) par ce film qui résonnera encore longtemps dans les yeux et dans la tête. Magnifique et salutaire.

182000

Posté par chori à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2014

ça tourne!

HANS WAS HEIRI
De Zimmermann & De Perrot

Et de trois! c'est la troisième création de ces deux-là que je vois (après Gaff Aff et Öper Öpis, déjà chroniqués laudativement ici), pour la première fois au Théâtre Musical (pour cause de dispositif scénique trop haut), alors que pour moi, ce sont bien évidemment des "gens de l'Espace" (c'est là-bas que je les ai découverts, et c'est là-bas que je les aime!)
Il y a deux entités dans ce tandem : un blond assez impassible, Dimitri de Perrot, keatonien quasi, c'est celui qui mixe en direct (et dont j'adore la production) et un brun assez électrique, celui qui danse et qui chorégraphie, Martin Zimmermann. Le premier officiant uniquement aux platines, le second investissant tout le reste. Il était question de carton dans Gaff Aff, de plateau instable dans Öper öpis, il sera ici beaucoup question de bois (celui avec lequel on fabrique des choses : cadres, caisses, encadrements) et de maison (carrément une "maison" carrée, de 4 appartements communicants, installée sur une structure qui la fait tourner!). Comme pour leur précédente création, les Zimm/dePerr ne sont plus seuls, et se sont entourés de 5 "circassiens" (normalement, ce terme devrait me faire fuir, mais là, bizarrement, pas du tout) parfaitement époustouflants, deux femmes (une grande blonde genre impassible et une petite brune genre contorsionniste) et trois hommes (jolis barbus) aussi doués pour yodler que pour acrobatiser en tous genres et dans toutes les situations. Et toutes les positions. Oui, c'est é-pous-tou-flant!
La maison qui tourne est judicieusement exploitée (dehors, dedans, en haut, en bas, dans tous les sens), même quand elle ne tourne pas d'ailleurs, et pendant que Zimmermann et ses acolytes courent sautent dansent crient vocifèrent borborygment, se poursuivent se rattrappent chantent glissent tombent se récupèrent, Dimitri de Perrot, en bord de scène, mixe, et c'est beau beau beau (j'étais content de constater qu'Emma à la fin était tout aussi enthousiaste que moi sur ce point!).
Toute cette belle énergie est complètement fascinante, qui plus est sans un mot, et la virtuosité de ses interprètes ne peut que forcer l'admiration, chacun d'eux étant appelé, successivement, à venir faire son "numéro" sur le devant de la scène (comment "tenir" dix minutes, par exemple, juste en essayant de s'assoir sur un tabouret... Pépin m'a appris en rentrant que ces numéros-là s'appelaient des lazzi...) mais tout aussi joussivement à deux, à trois, à quatre, voire tous ensemble. Oui, on se régale!

zimmdeperr1(la maison qui tourne, en entier)

zimmdeperr3(la maison qui tourne, détail)

zimmdeperr5(la maison qui tourne, détail)

zimmdeperr4(Les Zimmermann/de Perrot faisant les idiots)

zimmdeperr2

(les mêmes, au naturel)

Posté par chori à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]