lundi 29 août 2005

grand écart ?

Perplexe, ce soir...
Sur l'utilité de ceci. My blogchounet. Sa place, son rôle, son utilité. Il ya tout de même un paradoxe au départ : à quoi bon rendre public un journal intime ? (je ne sais plus qui a utilisé l'expression journal extime, je trouve que c'est pas mal trouvé du tout, mais, bon, tant pis c'est déjà pris!) pourquoi déballer sa petite lingerie existencielle et ses fanfreluches mentales au pays (que dis-je, au monde) entier? Pourquoi ajouter n petites pages perso aux milliers qui gravitent déjà sur le ouaibe ? Parce qu'on croit que ça peut être utile à quelqu'un ? pour se faire connaître ? pour avoir le sentiment d'être lu (et entendu) ? Pour faire plaisir à ses amis ? pour faire le malin ? Parce qu'on est persuadé qu'on a une tâche, une mission, une grande oeuvre à accomplir ?

Qui ça peut intéresser de savoir que je mange des figues, qu'il ne me reste plus que deux jours de vacances, que je suis un "vieil orphelin qui refuse de grandir" ? Hein, dites-moi, qui, qui donc? oui, levez le doigt s'il vous plait... (Personne... grand silence blanc)
Cet après-midi, j'en ai visité quelques uns, de blogs, des "inclassable", des "gay", des "pour adulte", des "journal" des "poésie" (arghh le mot me hérisse! ), et au lu de ces pages, je me disais tiens ça j'aurais pu le faire ou bien ohlala quelle épouvante ce machin ou encore comment peut-on oser montrer (ou écrire) ça ? C'est vrai que je m'astreins, ici,  depuis le début à une certaine retenue, (décence? pas certain que ce soit le bon mot, pudeur peut-être conviendrait mieux, mais ça fait un peu vierge rosissante...), un respect  esthétique, dans la mesure où je m'attache à (re)créer quelque chose qui me plaît, qui me convient, qui me ressemble.
Mais ça n'est pas vraiment moi . Ou plutôt ça n'est pas complètement moi. Il y a de ça, bien sûr, mais il n'y a pas tout. Le sommet de l'iceberg, le couvercle de la marmite, l'arbre qui cache la forêt... Il m'a fallu gommer un peu l'inquiétante étrangeté, lisser les aspérités, arrondir les angles. Pour être... clean ? propret ? conforme ? rassurant ? Mais, c'est quand même un peu de la triche : il manque tout un pan. L'autre côté, la face obscure, Mister Hyde... L'envers, l'arrière, le background quoi ! Je le sais bien qu'on est tous pareil, janus aux deux visages, celui qu'on montre aux autres et celui qu'on voit, dans son miroir,  quand on est tout seul chez soi et que personne ne regarde. Comme ça nous arrange.
Faut-il (doit-on) tout raconter ? Le sentiment de l'exhibition, l'impudeur, peuvent en effet parfois être excitants. Mais jusqu'à quel point ? Peut-être alors me faudrait-il deux blogs, public/privé, ou night and day.
Top to bottom : le trivial et le sublime...

imgp0382et   imgp1658 ,

(par exemple...)

Posté par chori à 22:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 28 août 2005

oxygène

Ben voilà!
C'était pas plus difficile que ça! De retour ce soir à la maison, joyeusement et légèrement. Parce que une belle fête champêtre, la "Fête du jardin", à Villers-Ch, parce qu'une cinquantaine de gens, des amis proches, des relations, des inconnus, des qu'on aurait  envie de connaître, certains (très peu) qu'on est fatigué d'avoir connus (un seul à vrai dire, et il semblerait en plus que ma rancoeur s'émousse avec le temps. C'était il y a si longtemps...), d'autres qu'on est heureux de retrouver...
Une tablée gigantesque, un jardin superbe, les rires et les private jokes, les plaisanteries amicales, les conversations duelles, les délires collectifs (ah les renards qui ont appris à pisser debout dans les bois pour refiler l'échinococcose au maximum de consommateurs de baies...), de la tarte aux figues et du soleil vaillant, que demander de plus ? Et, à la fin, chacun qui repart avec son petit paquet, terrine, grillade, tarte, (mais bon à cette heure je n'ai pas très faim...)
Heureux, donc, en rentrant. La preuve ? Je faisais cette fois-ci partie du dernier carré. Oui, les quatre derniers, ça n'est pas si souvent que ça arrive. J'étais... bien , il n'y a pas d'autre mot. Pas d'inquiétudes ni soucis ni nuages ni aigreurs. Léger. Le contact des gens, y a rien de tel... (Les grandes découvertes de Moi, tome 1)

Tiens, (sans aucun rapport avec ce qui précède) je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici ce paragraphe lu dans Libé de samedi, qui m'a mis en joie (certains vont encore m'accuser de sectarisme ou de parti-pris, mais tant pis! ) :
"Les manchots gay peuvent-ils adopter ? la réponse est oui. Roy et Silo, les manchots gay de Central Park qui ont fait couler tant d'encre à New-York (Libération du 27 juillet) avaient tellement envie d'un bébé manchot qu'ils couvaient une pierre traînée jusque dans leur nid. Emu, leur gardien a remplacé la pierre par un oeuf fécondé, et c'est ainsi que Tango est né. ses deux papas s'en sont très bien occupés, et tous trois vous passent le bonjour."
C'est-y pas mimi?

Une tite photo pour terminer (allégresse ou exaltation ? dommage qu'il y ait un machin en bas à droite (pas envie de recadrer : "Et c'est l'imperfection qui rend la chose humaine"...)

imgp45021

Posté par chori à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 27 août 2005

jean-qui-pleure et jean-qui-rit

Ce titre m'a été-involontairement suggéré l'autre soir par un joeur de tarot virtuel (que je remercie pour sa patience, d'ailleurs, mais là n'est pas le sujet d'aujourd'hui...)

"Ma mère chantait les feuilles mortes
devant notre porte
et dans un vieux poste à galène
traînait l'âme des poètes..."

Voilà ce qui me trotte dans la tête depuis ce matin... Je suis tombé dessus par hasard, en cherchant pour demain des chansons comportant le mot "jardin" dans le titre, je suis d'abord tombé sur une chanson de Brel qui s'appelle "Les jardins du casino"... et par ricochet, m'est revenue en mémoire cette chanson d'Yves Simon. Je l'ai donc réécoutée, et ça n'a pas loupé...
Il y a des chansons, comme ça, que je ne peux pas écouter sans avoir les larmes aux yeux aussi sec (!), et ça, dès l'intro.. trois quatre notes et hop je sens bien que c'est parti, sans que pourtant elles soient rattachées -consciemment du moins- à un souvenir précis, qu'il soit agréable ou désagréable d'ailleurs... J'ai recherché à quelle date je pouvais bien écouter ça , l'ordinateur, questionné, m'a répondu sans états d'âme et sans prendre de gants : 1976. Ca ne m'en a que davantage ému... J'avais 20 ans (arghh) et cette année-là n'était pas particulièrement brillante, tant du point de vue professionnel, que personnel ou quelque autre registre d'ailleurs qu'on puisse envisager (merci encore Phil et Fran, pour avoir été là, et pas qu'un peu!) .
Mais, comme toutes les années, elle a fini par passer. J'ai beaucoup écouté ce disque cette année-là, et d'autres aussi sans doute mais je ne me souviens quasiment plus que de cette chanson. Pourquoi ? C'est vrai j'ai peut-être la larme facile (et l'alarme aussi ?), je revendique mon hyper-émotivité (à cinquante ans, a-t-on idée, franchement ?) , mais là je ne sais pas pourquoi ni comment, c'est comme si cette bouffée de 1976 m'avait harponné à distance, insidieusement contaminé, et... ratatiné ma belle humeur ? Pffft! crevé le joli ballon avec du ciel bleu dedans , voilà que je pendouille, dégonflé,  au bout de ma ficelle. Piteux?

Allez, je vais aller reprendre de l'air et tenter de changer un peu d'année...

290703h

Posté par chori à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

deux films sinon rien

L'ETE OU J'AI GRANDI
THE JACKET

Ce soir, pour me récompenser (ça y est! je m'y suis mis! la cuisine étincelle comme dans la pub de Monsieur Prop', la grande pièce est nickel, pas un dvd un cd un bouquin ou un journal qui dépasse... et ça ne m'a pris que 2 heures à peine!) et pour conclure dignement une faste journée (que du beau ciel bleu pétant, pas une goutte de pluie, terminé "Fondu au noir" de Jean-jacques Reboux (très noir) , commandé pas cher le dvd d'Apichatpong Weerasethakul "Tropical malady" que j'avais beaucoup aimé en salle (pour 6€, pourquoi s'en priver?) rencontré un sympathique routier portugais, échangé sur yahoo avec un australien (pourquoi donc habitent-ils toujours aussi loin ? ), reçu (encore) un belle carte postale (une très belle photo panoramique) de Mongolie de mes amis les D., trouvé des figues fraîches (je ne sais pas pourquoi, en ce moment j'ai une grande passion pour ces fruits.. j'y reviendrai peut-être plus longuement ultérieurement (Me reste cette phrase de... je ne sais plus qui "me gustan las higas porque son como testiculos..." )...) donc, pour terminer, suis allé dans notre nouveau bôôôô cinéma, et me suis tapé deux films, carrément et d'affilée: L'été où j'ai grandi de Gabriele Salvatores et The jacket de John Maybury...
Un film italien en v.o (normal, de "notre" programmation des amis du Cinéma) et un film américain en v.f, tous deux en scope , ce qui a confirmé mon impression première que les écrans de nos nouvelles salle sont un peu surdimensionnés : il faut s'assoir dans la moitié supérieure de la salle, voire au(x) dernier(s) rang(s) pour pouvoir englober la totalité dudit écran d'un seul coup de champ visuel, sans avoir à se livrer à de fastidieux balayages oculaires horizontaux, avec la menace d'un torticolis  foudroyant ou d'une entorse des cervicales.
Deux films empreints d'une certaine violence , mais d'une certaine poésie aussi (bucolique dans un cas, entre les champs de blé de La nuit de San Lorenzo et les bestioles de la promenade nocturne de La Nuit du Chasseur ; technologique dans l'autre cas, du genre avalanche d'images qui font un peu mal aux yeux, générique graphique chiadé, boucles temporelles et tutti quanti... bon peut-on vraiment ranger tout ça dans la poésie ? On est un peu entre Dead Zone et L'échelle de Jacob, si ça peut vous situer l'objet, tout ça avec le dolby à fond les ballons de la mort... la stridulation des cigales et la violence des coups de feu, je vous raconte pas!
Quand je suis sorti de la salle, minuit et quart, il faisait... frisquet! (Ils annoncent juste 9° pour demain matin) j'ai fait fonctionner les essuie-glace pour chasser un imperceptible voile de (givre ? buée ? je devais me croire encore dans The jacket ), et j'ai dû alors  avoir quelques pensées noires et gémissantes (passé le quinze août / temps de toussaint / bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres / ...)  tout à fait inconscientes, mais qui m'ont permis de rentrer à la maison directos sans tenter d'escapade nocturne... Merci les pensées!

Pour terminer, une image volée cet après-midi :

imgp4759

Posté par chori à 01:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 25 août 2005

dernière semaine

Voilà voilà Le gouffre a toujours soif, la clepsydre se vide comme écrit Baudelaire, plutôt que de dire bêtement, par exemple Oh mondieumondieu le temps ne s'arrête jamais...
Licence poétique ou pas, le résultat est le même : qu'est ce que ça file!
Dans sept jours, exactement, je ne serai plus "en vacances". C'est comme ça. Entamé donc le compte à rebours, nous voici donc aujourd'hui le dernier jeudi précédemment annoncé.
L'état de l'appartement confine pratiquement au désastre (non, plutôt, simplement au désordre !), il faudrait que mais je n'y arrive pas, et, plus j'attends et plus ça sera difficile, s'pas?
Tant pis, j'attends encore un peu... Eh bien, j'irai demain!
L'état présent du temps (weather) est au diapason : nuages, averses, températures en baisse, minutes de soleil en moins (quand soleil il y a)...
L'état présent de moi ? ben comme d'hab, comme le temps, comme mon appart', et comme mon estomac en ce moment : vide!

imgp4718

Posté par chori à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 23 août 2005

musique(s) juillet/août

Petite bande-son rétrospective des vacances 2005 (qui ne sont pas encore terminées) :
- Charlie et la chocolaterie (Danny Elfman) : Générique 300" : parce que le film...
- Destroy rock'n roll (Mylo) 244" parce que l'énumération de tous ces vieux trucs et la "rayure" sur Duran duran
- Et si en plus y a personne (Alain Souchon) 244" parce que c'est la nouvelle -et tout à fait dans l'air du temps- même si pas totalement aboutie au niveau de l'écriture je trouve
- Be in (Dandy Warhols) 419" parce que le film Dig!
- Boys (Royksopp) 284" parce que j'allais pas remettre Remind me pour la hmmième fois, et pour le titre!
- Le temps ne fait rien à l'affaire (Georges Brassens) 129" Rien à ajouter! (mais est-ce le bon titre ? J'ai la flemme de vérifier)
- Clocks (Coldplay) (remix par Royksopp) 340" Parce que Londres et Thierry...
- L'avenir est à nous (Kool Shen) 219" Parce que les rappeurs font rimer "bras en l'air" avec "branleurs", et si on m'avait dit qu'un jour j'écouterais du rap et que je trouverais ça plutôt pas mal...
- Being Boring (Pet Shop Boys) 408" parce qu'ils ont tout compris, et que je commence à comprendre...
- L'allegro, il penseroso et il moderato (G.F Handel) 202" pour ce trajet en voiture de la gare à chez moi, le 22 juin aux environs de 22h30
- Ray of Light (Madonna, remix par ?) 657" parce que ça m'électrise (c'est de l'électro? de la dance ? de la techno?)
- Weeds 2 the origin of the species (Pulp) 239" parce que c'était bien ce chuchotis pendant ce repas où ça me criait dessus
- Générique (Dani) 128" parce que j'ai hésité avant de savoir quel titre de l'album -que je trouve délicieux- j'allais mettre... En forme de bilan, c'est très bien!
- Belle (Jack Johnson) 103" parce que un cafe latte dans cette cafétéria française in London, et Thierry, et la vendeuse rigolarde du supermarché (ou nous avons tous deux acheté le même disque à quelques heures d'intervalle) qui voulait savoir où j'habitais en France
- Tombé pour la France (Etienne Daho) 258" parce que c'était le bon vieux temps...

Posté par chori à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

oublier le temps

Bon, changeons un peu de sujet, y a pas que la photo dans la vie. D'autant plus que les vacances sont presque terminées, (et par conséquent de quoye, les préoccupations frivoles aussi ?) même si nous avons souvent trinqué, pendant ces deux mois avec le rituel aux vacances qui ne finiront jamais, tout en sachant pertinemment que c'était faux, mais, hein, on peut toujours espérer...
Moralité : qu'on les fractionne (cet été, par exemple : lisbonne / londres / paris / nîmes/ coucouron) ou pas (l'été dernier : rien), eh bien figurez-vous qu'elles finissent toujours par finir... (je n'arrive pas à décider si cette dernière expression est judicieuse ou lourdaude...) Aujourd'hui, 23 août, il est presque temps d'attaquer le compte à rebours dit "de la dernière semaine" (et le fait de savoir que d'autres ont déjà repris le travail où vont le faire avant moi ne m'est dans ce cas strictement d'aucun secours)
Pas vraiment de tristesse, il n'y a vraiment pas de quoi, juste une.. nostalgie ? (j'ai du mal à trouver le mot précis) Comme si on freinait pour terminer le trajet en douceur, sans embardée. Oui, ça pourrait ressembler à un atterrissage (les multiples avions pris cet été me feraient-ils coucou ?) Le sol se rapproche, c'est inéluctable, les nuages, les champs puis les balises... et hop on y est!
Il va y avoir "le dernier jeudi",puis "le dernier vendredi", and so on... Envie de savourer, de ne surtout pas gaspiller. Que chaque jour soit marqué d'une pierre blanche (ou plutôt bleue, en ce moment, j'ai comme une boulimie de bleu)
Derniers jours, donc, et la météo y met du sien, pour faire penser à l'automne : nuages, pluie, éclaircies, petits matins limite frisquets, bourrasques... Oui ça sent la fin de
Donc il est plus que temps de ranger un peu (j'ai le sentiment d'utiliser le mot beaucoup plus souvent -hélas- que je ne fais la chose) : le bureau , bien sûr, les journaux, les photos de vacances à -enfin- retirer, les cartes postales reçues -et celles auxquelles il doit encore être répondu-, le placard du fond du couloir, qui est un boxon immonde, les étagères où tout est mélangé (photocop' dossiers de presse brochures pédagogiques revues boîtes et accessoires divers ) STOP! ça sature...

imgp2714        imgp2304        imgp2441

Manoeuvres d'atterrissage :

-j'ai déjà mon nouvel agenda sept 2005/sept 2006
-j'ai acheté une toile cirée à carreaux "aquarellés" bleus et blancs (la même excatement que celle de Christine)
-je me suis trouvé des os à moëlle et des figues sèches (de Turquie) pour préparer la recette du même nom
-je finis de déguster L'étrange horloge du désastre de Rick Moody
-la nouvelle programmation cinéma a été postée hier soir DANS LES TEMPS
... les parachutes latéraux semblent déjà être ouverts, on peut entamer les manouvres d'approche!

Posté par chori à 17:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 22 août 2005

signalétique

Sacrée bonne idée d'avoir équipé d'un gilet fluo (jaune ou orange, les raisons de l'attribution de l'une ou l'autre de ces couleurs m'échappant encore) chacun des valeureux travailleurs qui interviennent sur le bord des routes, dans les chantiers au coeur de nos villes, et d'avoir même pensé aux routiers,  le gilet (jaune presque toujours) étant dans ce cas posé en évidence sur le dossier du siège passager. Question de sécurité, bien sûr, pour éviter les accidents, encore mieux...Mais surtout pour mieux les voir ! 

imgp42317

Automobiliste aussi attentif que méticuleux contemplatif (en général) , je sais les voir de loin, ça c'est sûr! Les gilets fluo, comme les panneaux "chantier interdit au public", "port du casque obligatoire", ou le bruit des engins, des outils, sont comme un voyant rouge indicateur... alerte rouge alerte rouge! Mais, sachez qu'il faut tout de même que soient réunis un certain nombre de facteurs (météorologiques, temporels, et autres) pour avoir la chance d'avoir affaire à eux : Il faut de préférence que ce soit l'été , l'après-midi, avec un soleil qui donne grave (pour peu que vous ayez la chance de passer aux heures et jours ouvrés) et c'est l'assurance de la floraison subite de ces fragiles armures de nylon multicolore ceignant de robustes gaillards affairés (bien) torse nu (encore mieux), apparition colorée en général aussi soudaine et brève que celle des coquelicots sur les mêmes bords de routes.
Les voir est un plaisir, certes, mais l'envie de garder une trace de l'instant titille aussitôt et réveille en sursaut le photographe qui ne sommeille jamais très profondément, et dans ce cas, les feux clignotants circulation alternée peuvent s'avérer des complices involontaires de choix, le temps de sortir l'appareil, de faire les réglages, avant de pouvoir shooter (désinvoltement, si l'on s'en sent capable) en passant deavnt eux au ralenti.
Dans le cas d'un chantier urbain, ça risque d' être plus difficile, pour cause de plus grande proximité et de l'absence de "prétexte" entre le sujet et vous. Mais le photographe téméraire (que je sais être en cas d'urgence) saura avoir affaire à d'habiles subterfuges (que peut-être un jour je vous exposerai) pour parvenir à ses fins... Mais peut-être que les photos les plus belles restent celles qu'on n'a pas réussi à prendre, l'ennui c'est qu'elles s'effacent bien plus vite, hélas, la mémoire n'ayant pas l'objectivité définitive de l'objectif...

Posté par chori à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 21 août 2005

manuel (de capture ?)

Je continue le survol de ces images...

Photographier (ces mecs), c'est posséder un peu quelque chose qui ne vous appartiendra jamais...(ouah on dirait presque du Lacan!). Des miettes à picorer. Des bribes, des brimborions, entre le "je-ne-sais-quoi" et le "presque-rien"... Mais il faut faire attention :

imgp4267

imgp4268

Là, par exemple c'était limite limite... Si la première contrainte est de photographier sans flash, d'un peu loin, en utilisant le zoom, un des corollaires à cette règle est -bien entendu- de le faire discrètement, et donc, sans se faire remarquer (du sujet de la photographie, of course!)

Il s'est tourné et m'a regardé dans les yeux... Mais avec un regard ( j'avais d'abord écrit retard) très doux (il y a vraiment de la douceur chez les portugais). Juste avant de sortir du wagon, il s'est retourné et m'a regardé ... C'était un regard genre "oui oui j'ai bien vu que c'est moi que tu prenais en photo, mais je me demande bien pourquoi..." Il est sorti, il a disparu sur le quai...

(Y rester, dans ses yeus, sur le quai.)

Posté par chori à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

retour vers le futur

Dimanche matin un peu grisouilleux.

Aïe sur la pelouse déjà des feuilles jaunes jonchent. Mauvais signe ? Les bonnes choses vont donc bientôt avoir une fin. Bah continuons donc notre voyage estival à l'envers... (N'y aurait-il point là une once de masochisme, à vouloir ainsi à toute force se rappeler toutes ces moments délicieux ?) . Important de garder une trace, d'ordonner un peu les souvenirs, de faire le point en quelque sorte.

  imgp4244

Toujours cette même problématique, dite du "cadrage rapidos" (oups! encore un petit peu et il était sorti de l'image! C'est pourquoi j'ai opté par la suite pour le réglage "prises de vue multiples" : tant que le doigt appuie sur le déclencheur, ça prend des photos, sous réserve, évidemment, que le déclencheur accepte bien de se déclencher, ce qui ne marche pas à tous les coups, et surout lorsqu'on est le plus pressé!)
Ce charmant jeune homme, ci-dessus, s'affairait sur un chantier de l'autre coté de cette rue où nous étions assis à une terrasse de bar, en train de tourister... Tentation de "continuer mon reportage", mais danger de la proximité, et prudence imposée (Je suis quelqu'un d'assez timide, si, si!)...
J'aime les travailleurs. Le gilet jaune, le bruit des engins, les éclairs de peau entr'aperçue, la dégaine, les vieilles fringues, les grosses pompes... Tout ça véritablement me fascine! Surtout cette dimension , de réalité,de vérité à priori pas du tout érotique ou sexuée : ces mecs-là bossent. C'est tout. Ils ne posent pas, ne s'exhibent pas, ne paradent pas. Et surtout n'attendent pas. A moi de de "ne pas rater l'instant"...

Posté par chori à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]