lundi 25 avril 2016

micro157

*

"C'est bordélique comme une pile de cintres..."
(Rectify 1)

*

nouveauté au bulletin météo :
un front ondulant

*

 Hier à midi, C. a goûté le gras-double
(rien que ce nom me fait frémir)

*

"Nous sommes ce que nous ne jetons pas."
(Rectify 2)

*

Les cartons de betteraves de chez Martinez ont exactement la bonne taille
pour ranger les Libé qu'on souhaite conserver

*

Quand je suis rentré, un des oiseaux que j'entendais chez les voisins faisait vraiment cui-cui

*

 Je dois souvent me prendre par surprise pour faire la vaisselle

*

barbs signifie gigoter en dialecte saoudien

*

Manue me fait remarquer, très justement, par sms, que j'ai fait deux chemins de croix successifs,
un à la ville le mercredi, et l'autre à la campagne, le jeudi

*

vide-greniers :
petites choses, petits prix, petites gens

*

"Procrastiner, c'est ma force "
(Rectify 3)

*

Avec Catherine, nous avons trinqué "A Tchekhov"...

*

Posté par chori à 05:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 24 avril 2016

les yeux qui s'allument

MIDNIGHT SPECIAL
de Jeff Nichols

Je me suis régalé... Un vrai plaisir de gamin, comme quand j'avais découvert E.T ou Rencontres du troisième type (je ne cite absolument pas ces films au hasard, mais, sur l'échelle pu plaisir cinéphile, ça concorde tout à fait. Malgré une fin, j'ai fini par l'admettre quand on a discuté, à la fin, devant le cinéma, un peu emphatique, et pas vraiment indispensable (mais on peut toujours se dire que ce n'est pas de la faute du réal, que ce sont les vilains producteurs (comme pour Night of the  demon de Jacques Tourneur) qui l'ont forcé à mettre en images ce qu'on aurait tout aussi bien pu juste imaginer.
Le démarrage est par-fait. On est tout de suite dedans (même vanat le début du générique!). Deux hommes en fuite avec un enfant (on en entend parler à la télévision dans une chambre de motel, et on suit les deux hommes et le gamin en question qui quittent cette même chambre de motel en catimini.) Ce qu'on en dit, puis ce qui se passe. On comprend vite que ce gamin (dont les journalistes déplorent n'avoir "aucune photo à montrer") est quelqu'un de très important, puisqu'il est aussi recherché par le gourou d'une secte ("The ranch"), par le FBI, par un scientifique de je ne sais plus quel acronyme ( NSA ?). Bref le pays tout entier est en alerte, à la recherche de l'Alton perdu. On réalise aussi que l'enfant en question est doté de pouvoirs mystérieux (il a les yeux qui s'allument -c'est pour ça qu'il porte en permanence des lunettes de piscine-, il est capable de réciter ce qui passe à la radio même quand elle est éteinte, il peut perturber l'orbite des satellites, bref tout le mond le veut, tout le monde est est sur les dents.)
Il est accompagné par son père (joué par Michael Shannon, acteur fétiche du réalisateur, toujours bien) et un copain à lui (joué par Joel Edgerton, que j'ai trouvé spécialement bon), et ils s'efforcent d'aller retrouver la mère biologique du gamin (joué par chérie-chérie Kirsten Dunst, que je n'ai pourtant pas reconnue lors de sa première scène).
Et le film est formidable, parce que formidablement écrit et formidablement filmé. Comme on début : ce qui se passe et ce qu'on en dit. C'est un film fonctionnel, mais pourtant pas réduit à l'action pure ni aux bourrinades. C'est un film efficace, mais qui bombe le torse (et sait aussi baisser la tête) avec son t-shirt "C'est du vrai cinéma". On a connu Jeff Nichols plus mutique et plus pittoresque ( Louisiane, bayous, etc.) plus "mesuré". mais on s'installe sans rechigner dans le véhicule quasi-hollywoodien dont il nous a ouvert la portière et qui roule à tombeau ouvert la nuit avec les phares coupés (si si!).
Et on prend plaisir à comptabiliser les bornes (cinéphiles) sur l'accôtement, les balises, les clins d'oeil/hommages/références à Spielberg (qui ne peuvent pas tous être des coïncidences): le personnage s'appelle Roy, comme dans Les Rencontres..., il y a un intervenant-clé au nom français, comme celui que jouait François Truffaut dans Rencontres... (tiens j'ai appris qu'initialement c'était Godard qui avait été pressenti pour jouer le rôle, mais vu qu'il demandait beaucoup trop cher, Spielberg s'était alors "rabattu" sur Truffaut), il est question d'un gamin et d'un extra-terrestre, comme dans E.T, et d'un extra-terrestre qui veut "téléphone maison" et repartir chez lui comme dans E.T aussi. Et des militaires qui bouclent la zone où va se passer "quelque chose" en obligeant les civils à évacuer dans un interminable convoi, comme dans Rencontres... et un lieu précis qu'il est vital d'atteindre, oui, comme dans Rencontres...
Les gentils sont en cavale, et doivent se méfier de tout (et de tous), et Jeff Nichols sait parfaitement entretenir la tension, et alterner les moments de poursuite et de parano avec des scènes "familiales" plus calmes, auxquelles succèdent des scènes-choc avec effets sonores et/ou pyrotechniques qui vous font sursauter sur votre fauteuil. (Je me suis fait avoir plusieurs fois).
A la fin j'étais "fin heureux" comme on dit par ici (même s'il ya avait un petit quelque chose qui me dérangeait, et sur lequel les autres ont tout de suite mis le doigt : c'est vrai que la fin "n'en finit pas de finir" (dixit H.), que la longue scène de "matérialisation" n'était pas forcément si (longuement) nécessaire, ou peut--être si justement, pour pouvoir finir en beauté sur ce plan  magnifique sur un champ vide (les Inrocks ont adoré, et moi aussi...). mais même avec ce bémol, Midnight Special reste quand même un film jubilatoire, oui, oui!

(Et ce qui est drôle, c'est qu'à la fin, sur le parvis, chacun(e) faisait "son" classement des trois films de Nichols nous avons projetés, et personne n'avait le même... A priori, le mien serait
1) Midnight Special
2) Take Shelter
3) Mud
mais ceci reste à revoir dans quelques temps...)

052102
de dos...

506834
... et de face (beaucoup plus flippant, non ?)

Posté par chori à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 23 avril 2016

ni rassasié ni repenti

J'avais un spectacle à Besançon au CDN samedi 23, j'avais noté sur le calendrier dans ma cuisine. J'ai pris mon billet que j'ai mis dans mon sac et suis donc parti pour Besac sous un temps d'apocalypse, me disant que je pourrais en profiter pour voir deux films avant (dont les posts sur lesquels suivront).
Je me suis garé à Battant, j'ai attendu 10' avant de pouvoir sortir de la voiture tellement il pleuvait grave, j'ai pris mon courage à deux mains en même temps que mon parapluie dans le coffre, et je suis descendu jusqu'au cinéma. Mon programme était pas mal construit : un film à 13h40 (fin à 15h40) le suivant à 15h55 (fin avant 18h, ce qui me laissait une heure avant d'aller grignoter au CDN à 19h (puisque la pièce était à 20h).

lorsque je sors  du deuxième film, il est 18h ou presque, il ne pleut plus et je décide donc de remonter à Battant, pour poser mon parapluie dans la voiture, récupérer la voiture, et la changer de parking (pour un autre bien plus près du CDN). Je salivais déjà en pensant à la tartine gratinée que j'allais m'offrir au CDN. Et je me disais que je ne savais pas trop ce que j'allais faire entre 18 et 19. Bah, on allait aviser, soliloquais-je intérieurement en remontant la rue, ralentissant devant le magasin de bon chocolat, puis reprenant victorieusement ma marche, parapluie à la main. (Il pleuvinouillait presqu'imperceptiblement). Et voilà que me venait soudainement l'idée que, peut-être, hein, ce spectacle, je n'étais pas somme toute obligé d'y aller, hein , et que l'idée faisait son chemin (tant pis pour la tartine gratinée, si je n'y allais pas, je pourrais rentrer directement...

j'en étais à peser le pour et le contre lorsque je suis passé devant un marchand de journaux dans la vitrine duquel était scotchée une affiche pour le spectacle en question ("Nous sommes repus mais pas repentis") dont j'admire la calligraphie et les qualités plastiques, quand un détail me fait tiquer "du 27 au 29 avril" tiens me dis-je, ils ont dû se tromper dans les dates, c'est tout de même curieux, et je repars, léger, mais avec tout de même une imperceptible incertitude, qui grossit de plus en plus, qu'à cela ne tienne me réponds-je, il suffit de vérifier sur le billet

et je mets la main dans le sac, et je sors le billet. Sur le billet c'est bien écrit mercredi 27 avril. Alors que je pourrais jurer qu'il y était écrit samedi 23 avril, quand je l'ai recopié sur le calendrier qui est dans ma cuisine.

du coup je suis reparti plus tôt (et je n'ai pas mangé de tartine gratinée, mais je me rattraperai mercredi prochain (sauf si, la prochaine fois que je regarde le billet, la date écrite dessus a à nouveau changé... les objets nous abusent, vous dis-je)

Posté par chori à 19:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 22 avril 2016

dans mon téléphone 8

IMG_20160420_150650

Posté par chori à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 21 avril 2016

division q

LA MEUTE
de John King

Je viens de le terminer, et j'en reste baba. Il faisait partie de ces livres achetés déjà il y a un certain temps (probablement à la Foire aux livres) mais pas lus immédiatement et donc rangés sur une étagère en attendant. Et là, le temps était venu. Je l'ai pris et je l'ai lu. Trois cent et quelques pages très denses, découpées en chapitres indépendants, chacun muni d'un titre, à la façon d'une nouvelle.
Quasiment un manuel de zoologie. De bourrinologie, pour être précis. L'auteur s'intéresse à un groupe de potes, à Londres, de nos jours, ou presque (un peu juste avant, 90/2000 pour être précis). Des potes nommés (sur-) Balti, Mango, Carter, Will, Harry, unis par des passions communes : le foot, la bière, la baise (et la musique, aussi, allez). oui, des bons bourrins, qui se retrouvent régulièrement au pub pour s'y bourrer la gueule (s'envoyer huit pintes de Guinness ne peut pas s'appeler autrement), refaire le match, faire le point et surtout en surveiller le décompte (des points) dans leur propre championnat, celui de la ligue imaginaire qu'ils sont créée, la division Q. Ils comptabilisent, au fil des semaines, des points chaque fois qu'ils baisent (on peut dans la plupart des cas difficilement parler de faire l'amour), plus ou moins celon ce qu'ils ont réussi à faire (la pipe vaut un point, le rapport vaginal deux, et ainsi de suite...).
Je vois déjà vos mines déconfites...
S'il ne s'agissait que de ça le bouquin serait effectivement aussi cynique que sinistre. Mais l'auteur effectue une véritable immersion dans le quotidien de ces mecs, un genre de radiographie microscopée, une vue en coupe de la vie de ces prolos anglais (londoniens, plus exactement, et encore plus précisément d'un certain quartier de Londres) vue au plus près. C'est attentif, précis, documenté, "haut en couleurs" on pourrait dire (c'est à dire brutal, cru, obscène, violent... oui oui on peut penser à Selby dont le Last exit to brooklyn m'avait un peu produit le même effet), et on n'est pas étonné d'apprendre, quand l'auteur est interviewé, qu'il n'a pas eu à inventer grand chose, qu'il sait de quoi il parle, qu'il a été (et qu'il est sans doute encore) taillé du même bois que ses héros, -plutôt celui dont on fait les battes que celui dont on fait les flûtes-.
C'est un bouquin viril, et c'est peut-être pour ça qu'il me fascine autant, comme me fascinent et m'impressionnent les "vrais" bourrins dans la "vraie" vie.
Ceux de La meute ont (presque) des excuses : ils se sont pris en pleine gueule la mère Thatcher, la crise, le chômage, le climat britton, et John King a l'intelligence de nous présenter un panorama (presque exhaustif) de trajectoires personnelles "en situation de crise" (avec les pensées, les rêves, les délires, qui les accompagnent), on repense bien sûr à Ken Loach, et ses prolos rugueux dans la mouise, ou au Stephen Frears des débuts, ces peintures  d'univers brittons auxquels le cinéma nous a habitués, pubs, fish and chips, cup of tea, hooligans, et même les bouilles de ces mecs, on les imagine, et leurs fringues, et leurs vans pourris, (sauf celui qui a réussi et qui roule en jaguar, mais la jag on se la figure tout aussi bien...) So british, isn't'it ? et John King nous balade de l'un à l'autre de ces (de ses) bourrins magnifiques, et le bouquin est tellement dense (et je l'ai aussi tellement fractionné) qu'il faut un certain temps au début pour se familiariser avec cet aréopage à cheveux ras et à gros bras (et à sang chaud).
Et, plus on avance dans le bouquin et plus on se rapproche d'eux, mieux on s'y sent, mieux on les renifle... Le dernier chapitre ("Biture") est admirable de ce point de vue-là. On revient en détail sur Balti, sans doute mon préféré dans le lot (celui qui a cassé la gueule à son chef de chantier, s'est retrouvé au chômage, s'est re-fait casser la gueule par ledit chef de chantier, s'est re-vengé, a fini par retrouver un job -et l'assurance biffetonnière que cela confère, au pub, avec les potes notamment- et ne va pas hésiter à utiliser in extremis un stratagème pas très reluisant pour bouleverser le classement de la division Qoù il était pourtant plutôt mal barré)  que l'auteur accompagne dans des dernières pages presque lyriques, jusqu'aux trois dernières lignes qui font quasiment sursauter le lecteur.
Un grand bouquin (dont j'apprends qu'il fait partie d'une trilogie, parue à L'Olivier dont le premier s'appelle Football factory et est aisément procurable, tandis que le troisième  Aux couleurs de l'Angleterre n'a visiblement pas été réédité et est donc vendu à des prix prohibitifs (voir )  (et aussi!) par des margoulins sans scrupules... qui mériteraient bien un bon coup de boule, ou un coup de genou dans les couilles, non ?)

1507-1

Posté par chori à 06:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 avril 2016

ronit

268921

18954838

18403789

 

Elle avait co-réalisé, avec son frère, trois films superbes, qu'on a programmés (et aimés) ici, dans le bôô cinéma...
Elle y jouait, comme elle a joué dans d'autres films aussi beaucoup aimés. Je l'avais découverte dans MARIAGE TARDIf , de Dover Kosashvili, puis revue, toujours avec le même bonheur,  dans LES MAINS LIBRES de Brigitte Sy, LA VISITE DE LA FANFARE, d'Eran Kolirin, MON TRESOR de Keren Yedaya...
J'ai appris hier qu'elle venait de mourir.
Ca m'a peiné.

 

Posté par chori à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 19 avril 2016

"un fromage d'été, le bleu du maine..."

UNE AUSSI LONGUE ABSENCE
d'Henri Colpi

Loué soit le Festival Play it again, auquel on s'est associés dans le bôô cinéma, pour 3 films et 5€ l'entrée (le cahier des charges a presqu'été respecté dans son intégralité!). Celui-ci était le deuxième projeté (après Le Conformiste, vu la veille, que je ne chroniquerai probablement pas pour cause de sommeil récurrent et de ronchonnage sur les temps de veille).
Il s'agissait d'un film dont je ne savais rien, par un réalisateur dont je ne savais pas beaucoup plus (excepté qu'il était rattaché dans ma mémoire au prénom de Codine) et dont j'ai appris, en préparant les textes pour la plaquette de programmation que le scénario et les dialogues étaient signés Marguerite Duras, et que le film, bien que bardé de distinctions prestigieuses (Palme d'or à Cannes, prix Louis Delluc, Prix d'interprétation pour Georges Wilson) avait été un échec cuisant à cause des aboiements -et détestations proclamées- des réalisateurs dits "de la nouvelle vague".

Et c'est comment, alors ?
Magnifique, juste magnifique.
(J'aurais pu écrire "sublime, forcément sublime" mais c'était déjà pris...)
Une petite ville de province, un quatorze juillet, les vacances qui vont commencer pour la patronne (et les clients) du Café de la Vieille Eglise. Et passe un vagabond (on ne disait plus cheminot, mais pas encore sdf, en 1961) devant le café, chantonnant de l'opéra. Et le jour suivant, et les autres jours. Et voilà que la patronne (jouée par Alida Valli) s'émeut (et davantage) quand le spectateur comprend progressivement qu'elle croit reconnaître son "défunt" mari, arrêté et envoyé en déportation il y a longtemps.
Elle va se rapprocher de lui, essayer d'en savoir plus. Mais il est amnésique, et dit avoir tout oublié de son ancienne vie. Elle va tout faire pour tenter de lui rafraîchir la mémoire... Incontestablement, notre Guiguitte prenait déjà ses marques. dans la conduite du récit, dans la ciselure des dialogues (pendant une grande partie du film, l'homme ne fait que répéter les derniers mots de ce que vient de lui dire son interlocutrice), dans le minimalisme  (la stylisation presque théâtrale) pourtant alliée à un réalisme "bon enfant", populaire et joyeux (apéro, Tour de France, etc.).
Et si le personnage du vagabond est magnifique, celui qui l'incarne mérite tout autant les éloges et les récompenses. il s'agit de Georges Wilson (que j'avais l'impression de n'avoir connu que vieux, mais qui est là en pleine "force de l'âge"). Après les différents "travaux d'approche" de la jolie patronne, le film va culminer dans un huis-clos, troublant : il a fini par accepter l'invitation à dîner, il est venu, elle a fermé les volets, et nous allons partager avec eux non seulement l'intimité de ce repas et de cette soirée, mais l'intensité de ce qui s'y joue : elle qui voudrait tant qu'il se souvienne (des jours heureux où nous étions amis...), et lui qui ne se rappelle de rien, soirée qui va culminer dans une simple danse  devant le juke-box, sur Trois petites notes de musique, chantée par Cora Vaucaire, où l'on ne peut pas ne pas pleurer (bon, sauf si on est un homme un vrai, n'est-ce pas H. ?).
Mais on n'est pas au bout de ses peines, puisque la scène qui va suivre, en extérieur nuit, saura encore faire monter d'un cran l'intensité de l'émotion générée, où va se rejouer en filigrane une autre scène de nuit et de peur, avec pour seul dialogue un prénom et un nom répétés, et pour seul mouvement un homme qui s'immobilise en levant les bras.
"Il faut attendre l'hiver...", oui, et les lumières se rallument dans la salle sur le mot fin et on a les yeux rouges...

18747649
l'affiche d'origine

057170
et la nouvelle...

Posté par chori à 11:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 17 avril 2016

whisky japonais

MARIE ET LES NAUFRAGÉS
de Sébastien Betbeder

Vu juste après Les Ardennes (choc frontal qui nous laissa le souffle coupé) avec l'espoir de se changer les idées. Pari réussi (smiley avec un large sourire). Betbeder avait déjà réussi son coup avec le magnifique Deux automnes, trois hivers (sorti, si je me souviens bien, le 25 décembre 2013) et son joli trio Vincent Macaigne / Bastien Bouillon / Maud Wyler, et on n'est donc pas trop étonné de le revoir mettre en scène un autre trio : Pierre Rochefort, Vimala Pons et... Eric Cantona (qui vieillit -se mature- de plus en plus bonifieusement...)
Il reprend aussi le procédé de fabrication du précédent film : adresse au spectateur de la part de chacun des sommets du triangle, qui nous raconte à chaque fois un peu sa vie (et je continue d'aimer beaucoup ça). Mais du coup on ne peut pas s'empêcher de comparer, et c'est un peu au détriment de celui-ci. Pierre Rochefort est lunaire à souhait (et n'est-ce pas qu'il est très mimi, Mimi ?), Vimala Pons est très mimi aussi, et Cantona ombrageux et embroussaillé à merveille (et même le coloc de Pierre R. est délicieusement somnambule). Les personnages sont tous très attachants (ce n'est qu'au générique de fin que j'ai identifié la jeune rappeuse qui joue la serveuse), c'est assurément un film de gens (plutôt que de genre), c'est fantaisiste, gentiment, improbable, sympathiquement, attachant, fragilement.
Sébastien Betbeder fait sans conteste partie des réalisateurs que j'aime, autant par la forme que par le fond (l'âme de fond ? hihi). De Paris jusqu'à Groix, comme une chanson de marins. Amour, jeunesse, rencontres, bières qu'on partage (une scène de bar, délicieuse, au début, un improbable karaoké en duo avec Pierre Rochefort et le belgissime - Quand la mer monte, Je suis mort mais j'ai des amis- Wim Willaert, qui faisait juste le joint avec le film vu juste avant - Les Ardennes- en parlant d'Anvers), création, (littéraire et musicale), somnambulisme (Paranormal activity numéro n) pour un film paradoxalement d'abord intemporel mais soudain -par à-coups- très contemporain (tournage de clip, fond vert, action de googler, nombre de vues sur y*utube).
Un peu hétérogène aussi lorsque vient s'y greffer, un peu à la façon dont un bernard-l'hermite (avec ou sans h me dit justement  g**gle) -ici en l'occurence plutôt un andré-l'ermite-, vient squatter -parasiter- un logement qui ne lui appartient pas, une histoire "supplémentaire" dont il pouvait a priori se dispenser, vient s'y greffer donc (je termine cette phrase sinueuse) une autre ramification de l'histoire, qui aurait presque pu constituer un court-métrage parallèle et autonome mais que vient in fine justifier (légitimer) la très charmante scène finale de chorégraphie (qui est d'ailleurs celle qui m'a donné en premier envie de voir le film).
Il ne s'en serait fallu que d'un chouïa de complexification narrative (et d'imbrication des relatives vérités de chacun -mais peut-on débattre de la vérité ? hihihi) pour que le film atteigne le réjouissant et total nonsense de Reality de Dupieux, et ses interférences qui donnent mal à la tête entre le réel et l'onirique, à moins que ce ne soit le contraire (le film porte le titre du livre écrit par Canto, le clip recrée l'histoire de Cosmo, le morceau musical utilise les images enregistrées par la caméra) mais Betbeder reste plus sage, et du coup le film perd un chouïa en folie ce qu'il gagne en "décalage".
Macaigne, Bouillon, Wyler étaient tellement attachants dans leurs 2 autones, 3 hivers que le trio Rochefort, Cantona, Pons (auquel il ne faudrait pas oublier le très réjouissant Damien Chapelle, que je soupçonnerais d'apporter le seul SSTG (sous-sous-texte-gay) du film -mais bon, avoir envie de poser la tête sur l'épaule de Cantona quand on a (hihi) envie de piquer un roupillon, c'est tout à fait excusable, non, les copines ?) même s'il est agréable (grosso modo l'au-delà de Cantona venant compenser l'en-deça de Rochefort, Vimala restant quant à elle un pôle magnétique délicieusement ponsien), reste pourtant toujours un peu en-deça...
Un peu, hein.C'est vraiment un film que j'ai envie de défendre, de câliner, de poupouner.

556159

Posté par chori à 07:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 16 avril 2016

seize autruches

LES ARDENNES
de Robin Pront

Un film vu "entre copines" (Mimi, Pacoune, Dominique) dans une salle où il y avait très peu d'autres gens (pour une première séance). Mais pas vraiment un film de fillettes. Un premier film, donc, terriblement efficace. Sur une trame archi-classique de film noir, mais archi-bien fichu. Une atmosphère poisseuse, des trognes, de la tension, un engrenage implacable,(le doigt, la main, le bras...), tout est fait pour vous clouer sur votre fauteuil (j'en ai eu un peu mal au bide pendant tout le film). Dès le début on se dit que tout ça va mal finir, et on n'est pas déçu sur ce point.
Dès l'exposition, bluffante, fulgurante, on est happé. Un montage sec, sur une musique électro qui colle parfaitement. Un hold-up qui foire (une très belle image de chute dans une piscine), deux frangins, un qui va en taule, l'autre pas. Et quatre ans plus tard, les mêmes, un qui sort de taule et l'autre venu l'attendre. Et celui qui sort semble très émotionnellement instable. Il voudrait reprendre sa vie juste comme avant, mais le temps a passé, et les choses ont changé. Et il est tellement énervé, tellement à cran, que son petit frère (celui qui est venu le chercher) n'ose pas lui avouer tout de suite que euh eh bien oui il s'est mis en ménage avec sa copine de l'époque, avec laquelle Kenny (l'énervé) souhaiterait justement se remettre en ménage.
Ca va déjà mal, et ça va aller, bien sûr, de plus en plus mal.
D'autant qu'on a les oreilles dressées (comme un lapin, la nuit, pris dans les phares) quand on voit, au début du film, avec qui le frère énervé est placé en cellule : pour les connaisseurs, il est en taule avec Borgman! (enfin avec l'acteur qui jouait Borgman, dans le film malaisé du même nom, mais qui a gardé exactement la même tête... D'où re-malaise. On se dit que aïe ça ne peut pas être juste une coïncidence, et qu'il va fatalement réapparaître. Et on ne se trompe pas, et fatalement est bien le mot...)
Deux frères, une femme entre les deux, autour desquels gravitent des satellites narratifs pittoresques (la mère, le patron du lavomatic à voitures, le garde forestier, les clients du bar) et/ou inquiétants (le fameux Stef, son étrange copain), sans oublier un cadavre dans un coffre, plusieurs flingues, un nécessaire à découper, y a pas, la nuit promet d'être sauvage, avec en prime seize autruches en cavale ...

Oui, c'est archi-bien fichu, et on baisse régulièrement la tête (les yeux) tellement on s'attend au pire. C'est violent mais pas juste ça. Les publicistes de l'affiche évoquent Coen et Tarentino "des débuts" (pour situer la "jeunesse" du réalisateur , que d'aucuns pourraient qualifier de "verdeur". Il y a de ça, sans aucun doute (les publicistes savent appâter) mais il y manquerait alors la touche d'humour (noir), au moins pendant un certain temps, jusqu'à certaine chanson d'Adamo, par exemple. J'aurais, si j'avais été publiciste sur l'affiche, évoqué la parenté avec Alex Van Warmeerdam, mais c'est certain que ça n'aurait pas rameuté grand monde...) C'est archi-bien fichu (je le répète) le réalisateur est doué, il sait parfaitement styliser fragmenter et séquencer son histoire,  il sait filmer de très beaux arbres la nuit, il sait utiliser la musique pour en rajouter une couche et rendre les scènes encore plus fortes, encore plus mordantes, encore plus hargneuses. Et tendre la corde impitoyablement jusqu'au dénouement final (où elle vous reviendrait méchamment dans la figure, mais tadam! pour une fois je dois avouer que je m'étais doué de quelque chose... Vous me direz pour vous quand vous irez le voir, car vous allez aller le voir, bien sûr, et plus vite que ça, même, sinon je vous envoie en vacances chez le tonton Stef dans les Ardennes, hein., alors vous feriez mieux d'y filer doux..)

372263
l'affiche française

442339
et l'autre... (ou il a davantage la grosse tête)

Posté par chori à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 14 avril 2016

manger du beurre

(bouts de rêve)

Oui, je dois manger du beurre (j'ai dans la main une demi-plaquette, dans son papier d'emballage, qu'on m'a donné pour que je la mange, afin que mon organisme résiste à l'expérience... Je vais faire un test qui a peut-être rapport avec l'astronautique, ou la pression, je ne le sais pas précisément) et une autre fille mange du beurre aussi (elle va faire la même expérience que moi).

nous sommes dans une pièce immense, avec au centre une table, immense aussi (je n'en vois pas les bouts), beaucoup de choses dessus, et beaucoup de gens assis (un banquet à perte de vue) mais moi je dois manger ma demi-livre de beurre et je m'y applique, par petites bouchées  (et curieusement ce n'est pas vraiment déplaisant, ni au goût ni à la texture)

je répète avec Pépin (je ne sais pas quoi) et je m'ouvre à lui d'un projet qui me tient à coeur, une idée que je viens d'avoir : écrire (et monter) un texte qui ne serait fait que de morceaux de chansons connues, mais dits, et replacés dans un contexte (et une trame) qui fasse sens, il me répond que ça lui semble a priori plutôt difficile, mais je me dis que je peux tenter de le faire

il est question d'essayer des costumes ? j'ai pris un vieux jean d'Adèle avec des pattes d'eph' assez gigantesques (comme celui de Jane Birkin sur la pochette de Melody Nelson) mais il est déchiré (découpé, plutôt, tant la coupure est nette, comme faite aux ciseaux) sur tout le long de la cuisse droite

(plus tard) Adèle m'explique en voix-off qu'elle s'est fait ça (crrrrc! bruit et geste de la déchirure) en voulant porter un grand nombre de tasses en même temps (je pense que je ne vois pas trop le rapport).

Posté par chori à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]