vendredi 10 avril 2009

canon scié

LOS BASTARDOS
d'Amat Escalante

Ohlala... Dans quelle case ranger ça ? Sous quelle étiquette ? Bourrinade métaphysique ? Polar distancié ? Documentaire saignant ? Argumentation sociale roublarde ?
Dès le début (affiche avec gros flingue agressif, générique rouge avec grosses guitares), on sait que ça va mal tourner, mal finir, qu'il ne peut pas en être autrement.
Premier plan : deux personnages, venus du fin fond du plan s'avancent vers le spectateur en temps réel. Ils vont chercher du travail, comme tous les matins. Dernier plan du film, des mecs ramassent des fraises (même progression géométrique que dans le premier plan) la caméra en suit un, plus particulièrement. C'est un des deux du début. Il pleure. FIN en gros s'inscrit sur l'écran (qui passe au vert).
L'analyse situation initiale / situation finale (c'est comme ça qu'on pratiquait l'analyse filmique il y a déjà un certain temps) pourrait induire en erreur. Ils étaient deux à chercher du travail, il y en a un qui en a trouvé, et il est triste parce que son copain pas ? Pas du tout, pas du tout. L'essentiel du film étant constitué par une "bulle" (unité de temps de lieu et d'action) qui n'a rien à voir avec le reste. Quoique.
Des mexicains clandestins qui ont franchi la frontière, qui se font exploiter par des yankees blancs blancs et arrogants pour 8$ de l'heure, qui se contentent pour vivre des miettes d'un système qui les a rejetés et les méprise, c'est normal qu'à un moment ou à un autre ça pète.
Les voilà donc introduits par effraction dans une baraque où une dame blondinette passe une soirée seulette, crackée devant la téloche (son ado mutique de fils est parti chez des potes) On suppose (et elle aussi) qu'ils sont venus là pour la tuer, seulement ça n'est pas aussi simple (sinon le film durerait un quart d'heure et basta, cabron !) On n'est pas dans un rapport cérébralo/pervers à la Haneke, c'est plus compliqué que ça. Ou beaucoup plus simple.
Avant, simplement, comme des gosses devant une vitrine fracassée, ils vont se servir et en profiter un peu. Manger, boire, un petit plongeon dans la piscine, une petite fumette, (on se prend à espérer vaguement, mais non mais non tout ça va bien se terminer, allez) jusqu'à ce que tout ça nous pète à la gueule (et c'est très exactement ce qui se passe, et même plutôt deux fois qu'une...)
Quand le film passe au vert, et que les lumières se rallument dans la salle, on reste là, un peu sonné pour le compte. K.O technique.
Décidément le cinéma mexicain arrivera à chaque fois à nous surprendre...

19039397_w434_h_q80

Posté par chori à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 9 avril 2009

"tous mes amis qui faisaient du sport sont morts"

IL DIVO
de Paolo Sorrentino

Un film complexe. Italiennement complexe. D'autant plus que, je le confesse, je suis une burne en histoire, et en histoire politique italienne spécialement. On reçoit une rafale de noms et de dates, encore  plus complexes puisqu'il y a des flash-backs, et, comme on (je) est vite perdu, on se laisse aller, on accepte de ne pas vraiment tout comprendre, et on se laisse fasciner par la forme (un peu comme on l'avait été par celle de Gomorra). Le "héros" s'applle Giulio Andreotti, il est au pouvoir depuis presque cinquante ans si j'ai bien compris, et, dans le film, il est aussi expressif que la marionnette de Mitterrand aux Guignols (à laquelle il fait d'ailleurs furieusement penser). Il a le charisme d'une sole avariée et, autour de lui, ça dégomme dur (corruption et Mafia obligent). Le film est un catalogue de morts violentes et d'images fortes, avec un enrobage musical "ironique" (ironiquement rital ?) mais fichtrement efficace (c'est un plaisir que de s'en prendre autant dans les oreilles). Une forme brillante, ludique presque (le réalisateur joue avec les sous-titres rouges qui annoncent les personnages, par exemple) "agréable", au service d'un sujet somme toute beaucoup moins ragoûtant mais beaucoup plus inquiétant... Car, comme l'a dit le monsieur qui animait le débat "Rien dans le film n'est faux." Aldo Moro, la loge P2, les Brigades rouges... souvenirs souvenirs...
Euh, au fait il divo, c'est le mari de la diva ?

18997814_w434_h_q80

Posté par chori à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 7 avril 2009

"faut faire quelque chose de spécial quand on sort ensemble ?"

MORSE
de Tomas Alfredson

Un film étrange. Générique silence complet, de la neige qui tombe... L'histoire d'amour (?) d'un blondinet et d'une brunette, d'une douzaine d'années environ, sauf que le blondinet en question est un maigrichon à lunettes souffre-douleur de ses camarades d'école et que la brunette lui avouera avoir douze ans "depuis un certain temps" et s'avèrera n'être rien de moins qu'une vampirette.
Un film très très loin du folklore habituel (pas la moindre gousse d'ail ni, encore moins, la moindre canine saillante en vue) juste une métaphore sur la rencontre de deux solitudes urbaines contemporaines (enfin, le film est censé se passer dans les années 70...) d'une lenteur et d'une sobriété assez fascinantes, suffisamment pour que les quelques "images-choc" (un visage défiguré à l'acide, un corps qui s'embrase) n'en apparaissent que plus déplacées, et presque injustifiées.
C'est scandinave, et donc plutôt givré (ça devient un peu une habitude) mais plutôt dans le genre cotonneux glacé hypnotique que dans le nonsense loufoque et brise-glace (quoique la dernière scène, celle de la piscine...)
Quelques jours après l'avoir vu subsiste surtout le souvenir d'une histoire d'amour un peu maladroite, de neige qui crisse, de bouche barbouillée, quelque chose de, paradoxalement, aussi doux qu'amer. Atypique.

19051152_w434_h_q80

Posté par chori à 06:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 5 avril 2009

en allemand

STILLE NACHT
Compagnie Oh! Oui

J'avais pas trop envie d'y aller. Et j'ai dit en rigolant caliméresquement à Catherine "Mais si je n'y vais pas, je suis sûr que je vais encore rater le spectacle de l'année!" J'y suis donc allé. Et ce le fut. J'ai tout aimé. Une comédienne (et conceptrice) : Alexandra Fleischer, / un musicien (et metteur en scène) : Joachim Latarjet  / un danseur (qui fait tout, ou presque) : Alexandre Théry.
Et de la musique (enregistrée et/ou jouée live), répétititive, minimaliste, cuivrée, obsédante. Parfaite.
Et de la vidéo (le papa de la demoiselle,en leitmotiv,  touchant, plus quelques extraits de cartoons, en contrepoint.
Et de la danse (le petit danseur rablé trapu est très impressionnant) en solo ou en pas de deux. Et des histoires, racontées ou chuchotées, qui parlent des morts, de la mort, de la peur, d'assaillant et de de pourchassé, et des flèches aussi.
Le point de départ (un non-dit familial) est le pré/texte à parler de chasse, de guerre, et surtout de proie, (les textes choisis sont magnifiques), d'une certaine forme de violence, donc, perçue à travers le prisme / le filtre du monde  de l'enfance.
Une merveille.
"C'est beau, tout simple..." a dit à la fin mon amie Dominique. Moi j'ai juste dit "Ohlala j'ai adoré..."

stillepic

En savoir plus


Posté par chori à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 4 avril 2009

micro60

*

un samedi matin où tout s'enchaîne à la perfection (en plus il fait soleil)

*

mon gros garagiste s'est laissé pousser une moustache un peu ridicule attendrissante

*

le p'tit mécano aux ongles noirs qui part faire la vidange avec le visage buté d'un gamin qui viendrait de se faire punir

*

"Il ne vous restait plus beaucoup d'huile!"

*

Le papa de M s'est rasé la barbe : le voici lisse et bien peigné comme un premier communiant

*

j'aime les zones industrielles, les hangars : une géométrie agréable à l'oeil, faite de formes simples et de couleurs primaires (rouge, jaune et bleu)

*

Désir, tendresse, affection, présence, sexe, cul, fidélité... oui, tout ça est finalement assez complexe

*

bonheur quasiment enfantin de faire le tour de la Place du Commerce (curieusement bondée à cette heure), vitres baissées, avec du Steve Reich à fond les ballons

*

Posté par chori à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

le groupe

(fin de rêve)

Je suis harcelé par un groupe. (Plusieurs personnes dont je ne connais ni l'identité précise ni les motivations. ils procèdent par allusions, par menaces voilées...). Comme quand t'es gamin et que tu sais qu'il y en a qui t'attendent à la sortie de l'école et qu'ils vont peut-être te casser la gueule...
Je suis à la maison des assoc' pour une réunion des Amis du Cinéma. Ca ressembe plutôt à un genre de hall de gare, ou de Buffet de la gare, avec des tables partout, des gens assis qui discutent. Je suis assis comme sur une mezzanine,je surplombe la scène, et à gauche, en contrebas, je les vois, assis à un table, comme s'ils avaient organisé leur réunion, il y a des papiers rangés par tas, et l'un d'eux (le chef ?) vient me prévenir que ma présence à leur réunion est obligationnelle... Il veut donc que j'aille avec eux plutôt qu'à la réunion où je devais aller.
Je descend de l'autre côté, et vais m'installer à une table diamétralement opposée. J'y retrouve des amis, Philippe S., Christian D., Emma, à qui je raconte successivement mon histoire de hracèlement mais qui ont l'air de s'en fiche un peu, ou tout du moins de ne pas comprendre... A ce moment je vois passer "le groupe", qui sort du café, en me regardant avec un air narquois style "tu perds rien pour attendre" et je me dis qu'ils vont se venger en saccageant ma bagnole (j'essaie de me rappeler où je l'ai garée, il me semble que ce n'est pas tout près de là heureusement.) je suis désespéré que mes amis ne  comprennent mon problème, et je me lève pour aller chercher mon manteau et m'enfuir (je suis sur le point de pleurer)
Une histoire de corridor à deux issues par où ils seraient passés, moi aussi, et par lequel je repasse. Quand j'arrive face à la porte aux trois verrous, elle est fermée de l'intérieur (je mets un certain temps à les ouvrir) et ça me chiffonne parce que normalement ils auraient dû être de l'autre côté (les verrous) et ça veut donc peut-être dire que les gens du groupe sont en réalité derrière moi. J'arrive à sortir à l'air libre.
Je débouche dans un espèce d'atelier de fonderie où travaille Nicole J. (une instit que j'ai connue il ya longtemps) et notre étonnement est réciproque. Je n'arrive pas à comprendre exactement ce qu'elle fait là: elle dirige un atelier mais de quoi ? théâtre ? (il ya des enfants) fabrication de prothèses ? (image de flammes par la porte ouverte d'un four) Je ne sais pas
Je suis "dans un rêve" (dans le rêve) Une enfilade de pièces remplies de bric-à-brac. On est tout au bout, dans un cul-de-sac, une pièce remplie de tas de machins entassés sur des tables, La pièce est étroite, je suis avec (?) (encore Nicole ?) et le groupe arrive. Le "chef" est un gros bonhomme à l'air bonnasse, Il me mence encore , allusivement (en tout cas j'ai très peur de ce qu'ils pourraient me faire, même si c'est abstrait) A un moment, Nicole J. prend sur une des tables une pile de soucoupes en porcelaine vert pâle et le frappe sur la tête à plusieurs petits coups répétés. L'effet est presque comique. Il finit par être atteint, mais comme après un temps de latence et sort en dodelinant la tête comme s'il allait tomber, en titubant, suivi de ses acolytes.
(avant, dans l'atelier ?) il y a une autre instit que j'ai connue il ya longtemps, Chantal B., et elle offre à une autre collègue un truc pour sa kermesse de fin d'année. C'est une publicité gonflable pour un film (que j'aime plutôt bien mais dont j'ai oublié le titre), qui représente un bonhomme, ou un hot-dog, ou un pot de ketchup (ou les trois) et qui s'emboite par deux têtons dans un socle en plastique jaune, gonflable lui-aussi. (mais le support ne semble pas assorti au reste : il a l'air plus vieux, poussiéreux, et même un peu dégonflé. J'aperçois d'ailleurs la valve prévue à cet effet (comme sur les bouées quand on était petits.)
Je continue de fuir, mais je suis conscient que je suis à l'intérieur d'un autre rêve. Je suis avec Manu M. (encore une instit!) et une prof de français (Catherine P.) Ca me fait un peu marrer de penser que je suis dans un rêve de/avec Catherine P, parce qu'on va fatalement y rencontrer (?) (Elle rêve toujours du même personnage) C'est très vert, on court sur un genre de pelouse (ou dans un immense pré) avec des groupes de personnages au loin (la menace du grope est un peu estompée). A un moment je tiens Manu par une main et Catherine par l'autre, et nous sautons tous les trois, en contrebas, et Manu dit en riant "ça c'est l'effet-Alice!" (pour bien me confirmer que nous sommes dans un rêve.)
Je suis à nouveau inquiet, et je suis avec Madame Monnier, l'ancienne libraire de Gray. Elle m'emmène à la bibilothèque enfantine du Centre St Pierre, où elle travaille désormais (je me dis qu'avant on la trouvait antipathique mais qu'elle désormais très sympa). Je circule entre les rayons et arrive à la porte du fond de la bibliothèque (celle par laquelle on passait avant mais qui est désormais condamnée. C'est drôle, parce qu'il ya un énorme verrou sur le côté droit, mais le côté gauche est comme arraché, il ya un interstice qui montre qu'on peu le pousser. Ce que je fais (ce faisant je sens que je me suis pris une écharde), je passe un instant sur le palier, c'est très clair, très lumineux, et je vois un  escalier en bois blond qui descend, très large mais sans rampe. Je me dis qu'il ne devait être conçu à l'origine que pour monter (pour descendre ça peut-être dangereux.) Je reviens dans la bibilothèque.
Extérieur. Je retrouve des gens que je connais (mais pas les amis du début), je leur parle de ma peur du groupe, à ce moment passe un avion dans le ciel, et je me dis qu'ils auraient été très capables d'y accrocher , par exemple, une banderole me dénigrant. Je retiens mon souffle, mais non. Avec les gens que je connais, nous repartons. Je suis à côté d'un d'eux, on ne parle pas, je ne me sens pas très bien, un doute me saisit : et s'il était l'un d'eux ? Il se tourne vers moi et me dit "Tu as l'air tout vide..." d'une façon (que je trouve) ambigüe. Comme un zoom avant sur un gros plan sur son cou (il est de profil) je me dis qu'alors, il  pourrait enlever son masque, comme dans Fantômas, et que ce serait lui, le chef du groupe...

Posté par chori à 08:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 3 avril 2009

intérêts et principal

ELEVE LIBRE
de Joachim Lafosse

On me l'avait annoncé dérangeant, je l'ai trouvé, comme mon copain Zvezdo plutôt... déprimant.Un angelot blondinet qui ahane fort au tennis mais a des problèmes en classe est pris en main par un trio (deux hommes et une femme) d'amis de sa mère (prédateurs ? manipulateurs ?) qui vont  s'attacher à parfaire son éducation : en maths, en philo et en allemand, certes, mais d'autres domaines bien plus... physiques aussi.
Jonathan Zaccaï est très bien dans un rôle casse-gueule et plutôt déplaisant (mais, finalement le blondinet ne l'est-il pas moins, déplaisant ?) Fort heureusement, (et c'est ce qui le sauve) le film ne joue pas sur le voyeurisme et tout se passe en off. Pensé au terme de petite pute, utilisé dans Le plaisir de chanter. En suis sorti très mal à l'aise. C'était le but, je pense.

19038977_w434_h_q80

Posté par chori à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 avril 2009

ouvriers

24 CITY
de Jia ZangKhe

Une splendeur. De documentaire, certes, mais une splendeur. Le réalsateur continue sur la ligne  de son (déjà splendide) Still life mais s'est encore allégé en abandonnant le fil (ténu) de la narration. Une usine a été transportée ailleurs et remplacée par une luxueuse cité. Le réalisateur interviewe des gens, ouvriers (anciens ou "nouveaux") de l'usine en question. Le film alterne ainsi plans séquences de monologues (les gens qui parlent), gros plans ou plans d'ensemble (de la goutte d'eau sur un bout de verre aux bulldozers en train de progresser -les choses-) et des plans sublimes de "photographies filmées" où les protagonistes juste nous font face, immobiles, en silence, nous regardant dans les yeux, comme un ultime album-photo qu'on feuilletterait (oh cette image attendrissante de deux ouvriers dont l'un a poséla main sur l'épaule de son camarade, et le caresse légèrement dans le cou avec son pouce, juste -pense-r-on- pour le faire sourire et perdre la pose) .
La question à la sortie, en discutant devant le bôô cinéma, fut de savoir s'il s'agissait ou non de propagande. Elle ne fut pas tranchée d'ailleurs, chacun restant, bien évidemment, sur ses arguments, et j'avoue que là n'était pas vraiment ma proccupation.
Je l'ai pris juste comme un document, un témoignage composé de multiples voix, et la mise en images d'une sensiblité entrant indiscutablement en résonnance avec la mienne, tant cette façon de voir les choses est bien au-delà de ce que les simples sensations oculaires peuvent retransmettre. Bien au-delà.

19061091_w434_h_q80

Posté par chori à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 30 mars 2009

concentré de jeunefillitude

UN CHAT UN CHAT
de Sophie Fillières

Décalé et charmant. (Ah, tant pis, je voulais faire le coup de l'adverbe adjectivé et réciproquement, genre "joyeusement naïf et naïvement joyeux" -c'est juste un exemple) et voilà que les deux qualificatifs qui me sont venus ne le permettent pas. Ah, les affres de la création littéraire... Donc juste comme ça "décalé et charmant" (en plus j'adore ce titre, Un chat un chat, je ne sais pas pourquoi, mais, vraiment c'est bien trouvé...)
Une petite déception au générique : Pas d'Hélène Fillières en vue (dommage dommage, j'adore cette demoiselle) mais une grande joie : c'est Chiara Mastroianni qui la remplace (et là ça tombe bien, parce que je l'aime tout autant, si ce n'est pas même davantage!
Donc elle est Célimène, mère célibataire d'Adam (le gamin est vraiment craquant) et écrivaine en panne, vivant dans un appart' en travaux et harcelée par Anaïs (Agathe Bonitzer, très bien), une jeunette qui ne la lâche pas d'une semelle et voudrait, entre autre,  la réconcilier avec Antoine, son ex (Malik Zidi, tout mimi en barbichette clairsemée)
Un film fantasque, bavard, très écrit (on a presque un peu peur au début, des bons mots qui font mouche), volubile, bobo, parisien, bon enfant, candide, insupportable, adorable, de bon goût, de mauvaise foi, existentiel, familial, félin, réconciliateur, en chantier, à revoir, en travaux, anecdotique, croustillant, j'en passe et des meilleur(e)s...

19064618_w434_h_q80

Posté par chori à 06:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 28 mars 2009

"pas de femme, pas de troupeau"

TULPAN
de Sergey Dvortsevoy

Mon problème principal avec le cinéma kazakh, c'est que tous les jeux de mots possibles avec yourte ont déjà été faits. L'autre problème, c'est que je ne suis pas certain que ce cinéma-là, je veux parler du cinéma ethno, soit véritablement ma tasse de thé... Sur la durée, tout du moins. C'est sûr qu'on ne peut a priori éprouver que de la tendresse pour ce cinéma fait avec trois bouts de ficelles (de yourte ?) , rustique, aussi "nature" que  "naturel", brut de décoffrage, où le bruit du vent prend autant d'importance que les dialogues (qu'il couvre aussi d'ailleurs de temps en temps), où la steppe est pelée, l'horizon quasiment circulaire et les tempêtes aussi violentes que fréquentes (si j'évoque les paysages mêêêrveilleux, certains vont dire que je me moque, mais pas du tout, je vous assure qu'il me reste au fond de l'oeil certain plan d'orage lointain plutôt superbe et surtout garanti 100% authentique).
Voilà pour le décor. L'intrigue est, comme disait mon amie Dominique à la sortie, plutôt mince (pour avoir son propre troupeau, Asa doit avoir une femme, mais pas de bol, Tulpan, la seule disponible à des kilomètres à la ronde, ne le trouve pas à son goût, à cause de ses oreilles... Pas de bol!) et donc le film se concentre sur (et nous narre par le menu) le mode de vie de ces bergers nomades, avec ses traditions plus ou moins rigolotes et ses passages obligés (la "visite chez les beaux-parents", le rentrage du troupeau à cause de la tempête, les engueulades avec le beau-frère, le pressage des points noirs par le fiston qui récite les infos radio, le démontage de la yourte, le chameau qui pleure -si si!-, et, surtout, deux accouchements de brebis à mains nues et quasiment en temps réel, dont l'un avec bouche à bouche avec agneau mort-né qui a fait détourner les yeux à l'affreux occidental petit-bourgeois que je suis...)
Oui, on ne peut qu'être attendri par ce cinéma-là, même si on trouve ça parfois un peu longuet et mal fichu, mais il y a là-dedans, indiscutablement, une sacrée belle énergie, qui, comme la tornade  dans le film, soulève tout sur son passage...

19049656_w434_h_q80

Posté par chori à 07:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]