lundi 31 octobre 2016

météo

"Un jour la vie est belle une euphorie nouvelle
Pour un oui pour un non tout va bien pour de bon
Un jour je suis croyant végétalien pratiquant
Plus de sel ni de pain, plus de lait ni de vin

Un jour je m'exaspère j'ai pas les mots je les perd
Je trépigne, je m'égare
Un jour je ressemble à mon père

C'est la crise c'est la crise
Qui m'épuise rien à faire
C'est la crise c'est la crise
Qui s'éternise on va s'y faire

Un jour je donne, je donne, je donne, je donne
Le cœur sur la main, sur le cœur
Un jour je parle fort à raison et à tort
Je m'emballe, je digresse,
Je m'affale et vous délaisse
Un jour je broie du noir
Miné par mes déboires
De la veille et de l'avant veille
Et tout à coup tout m'émerveille

C'est la crise c'est la crise
Qui m'épuise rien à faire
C'est la crise c'est la crise
Qui s'éternise on va s'y faire

Un jour je n'y crois plus pas le coup pas un clou
Moitié plein moitié bu tout est flou tout est fou
Et toc un coup du ciel à nouveau la vie est belle
Pour un oui pour un non tout va bien pour de bon

C'est la crise c'est la crise
Qui m'épuise rien à faire
C'est la crise c'est la crise
Qui s'éternise on va s'y faire
C'est la crise c'est la crise
On va s'y faire..."

(Albin de la Simone)

J'aime toujours beaucoup cette chanson, les paroles que je trouve très justes, et la "petite" voix d'Albin de la S. que j'ai appris à aimer, depuis le splendide Mes épaules...

Posté par chori à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 30 octobre 2016

junk food

SAUSAGE PARTY
de Conrad Vernon & Greg Tiernan

(Ce post a failli s'appeler simplement La saucisse et le petit pain.)
J'adore Seth Rogen, je l'ai dit et je le répète. Ce qui n'était au début qu'una pure attirance physique a évolué au fil des années, même s'il a perdu des kilos et intégré à donf et bien comme il faut le monde d'Hollywood et ses mirages dorés, avec ses potes acteurs et/ou cinéastes (James Franco, Jonah Hill, Michael Cera, Evan Goldberg) qu'on retrouve d'ailleurs tous ici plus ou moins dans ce Sausage Party (y aura-t-il un autre titre français ??). Ce qui m'a plus et continue de me plaire chez Sethchounet, c'est le côté ado attardé : gros mots, apologie de la fumette, de la baisouille, humour (pas forcément fin et subtil) et saillies à tous les étages, vannes entre potes, bref, tout ce que j'aime (il ne manquerait que les QV pour que mon bonheur soit parfait, mais bon faut pas rêver quand même hein...)
Il s'agit donc d'un film d'animation mais "pas vraiment pour les enfants" (parce que plutôt sexué et cru au niveau des dialogues, voire même des situations) dont il a co-écrit le scénario (avec Evan Goldberg, entre autres), qu'il co-produit (re avec Evan Goldberg entre autres), et où il prête sa voix à un des personnages principaux, Franck, une saucisse (oui oui, no comment) qui aimerait savoir ce qu'il y a dans l'au-delà derrière les portes du supermarché.
Les protagonistes de cette histoire sont principalement des produits alimentaires, et une grande partie du film se déroule à l'intérieur-même du supermarket. (On en sortira un peu pour aller zoner -un peu- dans les bas-fonds la nuit, passer une soirée avec un défonceman dans sa piaule, mais on y reviendra pour un final apocalyptique -ce qu'on pourrait appeler "une orgie de bouffe", littéralement...-)
Le film doit finalement sortir en France (où il n'a été interdit qu'aux moins de 12 ans, contrairement aux USA et au Canada où il fut respectivement aux moins de 17 non accompagnés et aux moins de 16 -et où il a fait un joli carton-) le 30 novembre, mais, j'ignore comment, il est déjà visible -et en vostf s'il vous plait- sur le ouaibe, pour ceux qui se donneront la peine de fouiner un chouïa, et donc je n'ai pas pu résister et ce matin-même me suis fait ce petit plaisir.
C'est drôle, voire très drôle, c'est en même temps très bourrin et extrêmement subtil (c'est bourré de clins d'oeil et de private jokes, et même de jeux de mots dont je crains qu'on n'arrive pas à les faire figurer dans la vf -pour laquelle on a juste annoncé -aïe- la voix de Cyril Han*una- : par exemple sur l'assonance entre Juices (les jus de fruits) et Jews (les Juifs) et le plaisant usage qui en est fait dans le film ?)
De la belle animation "3"d à la pixar (avec, lors des flash-backs un recours à la 2d "à l'ancienne" plus que judicieux) des personnages plaisants : Franck, le héros, saucisse à hotdog de son état (et séparé de ses potes saucisses lors d'un cataclysme de caddie) en pince pour la belle Brenda (un petit pain à hotdog aux formes très suggestives, et dont la bouche est... verticale), qui est courtisée également par l'ardente Teresa del Taco (qui à être taco n'en est pas moins femme). Ajoutez comme accompagnateurs les frères ennemis Sammy Bagel Junior et Karim Abdul Lavash (un bagel et un pain pita, pour figurer les nationalismes et leurs exacerbations, autant juifs qu'arabes, mais qui sauront aller largement plus loin -plus profond ?- que la simple réconciliation...), tous unis pour lutter contre un méchant pas piqué des hannetons, El Douche (le jeu de mots résistera-t-il à la vf ?), une ... poire à lavement (douche signifie, aux USA, cet instrument utilisé pour la toilette intime, vaginale, ou autre -ici, bien sûr, ça sera autre...-) atteint de mégalomanie et de foile meurtrière lors du même accident de caddie...
Bref, j'ai passé 90 excellentes minutes (il y a plein de scènes très réjouissantes, de la comédie musicale du début, à l'ouverture du grand magasin, à la partouze finale qui en salue la fermeture, sans oublier les scènes d'horreur -la mort des aliments- ou de comédie plus classique.) et il est ici tout à fait justifié de dire "Je me suis régalé...".
Simplement on peut se poser la question de savoir si en France le film va réussir à trouver son public (et quel créneau il va cibler... Les ados, sans doute ?) en tout cas je le lui souhaite, et je suis sûr que je vais avoir beacoup de plaisir à me le revoir (et je sais déjà que je ne tenterai même pas la vf, si si...)

045008

319135

non seulement je vous mets les deux affiches, mais je ne peux pas résister au plaisir d'y ajouter des photos...

038451

Moutarde au miel, celui par qui le scandale arrive...

248750

Beurre et sa copine Confiture (dommages collatéraux)

352030

au premier plan nos deux héros, encore emballés chacun dans son sachet

037825

A droite, El Douche quand il est encore gentil...

042513

mes deux préférés, bien évidemment...

246127

face au méchant

Posté par chori à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 28 octobre 2016

foyer

MA VIE DE COURGETTE
de

Une excellente surprise.
Vu juste après Le teckel (bonjour l'ambiance, cet après-midi là!). Un film d'animation d'après Autobiographie d'une courgette, scénarisé par Céline Sciamma. L'histoire d'un gamin qui a tué sa mère sans faire exprès et est placé dans un foyer accueillant des enfants comme lui. Gloups! On n'est pas chez Disnuche (ou Disnouille) hein ?
Chacun des autres gamins qu'il va y rencontrer est lui aussi en délicatesse avec son statut "normal" d'enfant : parents morts, emprisonnés, drogués, violents, incestueux, non, on n'est pas du tout dans le familialement correct.
Et notre héros qui veut qu'on l'appelle Courgette même si ce n'est pas son vrai prénom, parce que c'est comme ça que sa mère l'appelait va devoir prendre/trouver sa place au sein de ce petit groupe de mômes (j'avais tapé de mêmes, ça fonctionnait aussi) dans ce pas si vert paradis des amours enfantines.
Les personnages sont en pâte à modeler, ils ont tous des grosses têtes, des grands yeux, des pifs et des oreilles spécialement colorés. l'animation est soignée, et les couleurs contrebalancent ce que le propos pouraait avoir d'angoissant.
Il y a aussi l'univers des adultes, aussi bariolé et à grosse tête que celui des gamins : les éducateurs/trices du foyer, un flic spécialement attachant (doublé par Michel Vuillermoz, le seul dont j'ai reconnu la voix), et un personnage de fausse gentille pas très loin des tantines Médusa ou Cruella disneyuchement connues.
Tout est très chiadé, autant l'animation que les dialogues (les choses sont dites, franchement, crûment parfois, mais rien n'est jamais gore). Chacun des enfants est spécialement attachant, chaucun avec sa singularité, sa personnalité. Et le constat presque documentaire (la vie dans un Foyer) se double (se nuance) d'un ou deux intrigues parallèles : la méchante tante parviendra-t-elle à ses fins ? Notre héros sera-t-il adopté ? nos tourtreaux vont-ils réussir à roucouler ? où, chacun y mettant du sien, les choses vont finalement -on l'espérait de tout notre coeur- s'arranger.
Du très très beau travail.

230428

Posté par chori à 05:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 27 octobre 2016

saucisse

LE TECKEL
de Todd Solondz

Cela faisait plusieurs films de Todd Solondz qui sont sortis et que je n'ai pas pu aller voir pourtant le monsieur m'avait beaucoup marqué avec son Happiness, un film vénéneux, toxique, sous des airs de comédie familiale lambda. (j viens de fouiner et je me rends compte qu'il m'en manque au moins quatre, dont Life during wartime, la suite de happiness, 10 ans après.
J'ai donc profité de ce Teckel pour rattrapper un peu mon retard.
Je n'ai pas vraiment été dépaysé : c'est toujours aussi acide (cruel, méchant, caustique, cochez la case que vous va le mieux) sous des apparences toujours aussi soignées (décors lisses, couleurs gaies, cadrages soignés).
Quatre histoires, donc, quatre portraits plutôt, de personnages qui partageront successivement la vie du wiener-dog en question : Julie Delpy, Greta Gerwig, Danny DeVito, Ellen Burstyn, ça en fait du joli monde, non ?
Pour dire la vérité, j'ai un peu piqué du nez lors de la séance (pourtant à 13h40) et ce quasiment dès la première image (toujours ces problèmes récurrents de sommeil) et je n'en ai donc eu qu'une vision incomplète et hâchée. Heureusement, il était récupérable (et ce depuis août) sur un certain site, mais en vo et sans sous-titres, et je me le suis donc procuré (et j'ai trouvé des sous-titres ailleurs, ce qui est quand même plus pratique).
Je l'ai donc revu, avec attention et sans somnolence cette fois, j'ai rempli les interstices de compréhension qui me manquaient (j'avais loupé quand même presque toute la séquence des mexicains neurasthéniques!) et je confirme que ce cinéma-là m'enchante... et qu'il ne s'agit, finalement, pas tant de cruauté mais de lucidité. Comme si le réalisateur nous disait "je ne fais qu'enregistrer objectivement..." ou, comme mon dirait mon ami Philou "Je n'ai aucun avis sur la question...". Il nous figure un couple de trisomiques comme il le fait d'une mère ultra-possessive, d'un gamin questionneur, d'une nunuche à lunettes, d'un professeur de cinéma fatigué, d'une mamie ronchon, avec la même attention, le même calme, la même précision. La même apparente bienveillance.
J'avais, à l'époque, qualifié Happiness de film le plus triste du monde. On est ici dans le même créneau. il serait question pour chacun(e) d'être triste. Et de toutes les différentes façons de l'être (et de leurs différentes raisons de l'être aussi.). D'autant plus que le chien en question, qui donne tout de même son titre au film, n'est à aucun moment montré comme un objet d'affection (avec l'enfant de la première histoire, peut-être). C'est un animal remarquablement peu expressif, présent mais sans plus, à la façon d'un bibelot, d'un élément de déco, d'une peluche...
Solondz nous prend par la main, nous installe dans notre fauteuil, nous tapote sur là main en chuchotant "Là.... ça va aller, va...regardez, ne craignez rien". On sourit quand on pourrait être choqué (et le contraire aussi, des fois). J'aime énormément ce cinéma-là.

000557

 

Posté par chori à 05:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 26 octobre 2016

chardonneret

RÉPARER LES VIVANTS
de Katell Quillévéré

C'était la fête au bôô cinéma. Une belle avant-première pour notre "soirée d'ouverture", avec le film de Katell Quillévéré, d'après le par nous très aimé roman de Maylis de Kerangal. Une "belle salle" aussi (presqu'une centaine de spectateurs), beaucoup de visages connus, c'était bien.
C'est moi qui avais un peu insisté pour le choix de ce film, et l'entregent de Zabetta nous avait (une fois de plus) facilité la tâche... J'étais très curieux de voir le film, d'une part à cause de la distribution, très impressionnante (Tahar Rahim, Bouli Lanners, Emmanuelle Seigner, Anne Dorval, Monia Chokri, Dominique Blanc, Kool Shen, Finegann Oldfield, Karim Leklou, Alice Taglioni, pour ne nommer que ceux que je connaissais) et d'autre part pour voir comment la réalisatrice avait pu s'approprier le roman, qui, s'il ne fait en définitive que chroniquer une transplantation cardiaque, le fait dans le style magnifique, brillantissime, qui n'appartient qu'à son auteur(e), avec sa façon de s'intéresser en détail à chacun des protagonistes du récit (et ils sont nombreux!). Le pari semblait plus que risqué.
Il s'agit bien d'une adaptation, et comme Xavier Dolan l'a fait avec Jean-Luc Lagarce, Katell Quillévéré s'est appropriée le roman, en le simplifiant d'un côté, et en le complexifiant de l'autre. Si, par exemple, l'acceptation des parents de Simon intervient beaucoup plus tôt que dans le roman, permettant ainsi de rentrer plus rapidement dans le vif du sujet, le personnage de la donneuse a été -me semble-t-il-  considérablement étoffé, pour donner encore plus de (contre)poids à l'opération.
A la sortie, les avis étaient partagés, même ceux qui avaient lu le livre n'étaient pas du même avis. (De toutes façons, dans ces cas, "c'est mon mon avis et je le partage", et -même si je ne le clame pas- je continue en général à penser que c'est moi qui ai raison. Ce que j'en pense m'appartient, et toc.)
J'ai trouvé le début du film absolument magnifique (le petit matin, le surf, l'accident -particulièrement sublime -comment peut-on écrire "accident particulièrement sublime" , un accident est par définition atroce, et bien allez voir Réparer les vivants, et vous verrez,  c'est d'ailleurs pour moi une des plus belles scènes  que j'ai pu voir cette année...-) la suite est plus "normale", banale (comment peut-on écrire que la douleur de parents est banale ?), et la réalisatrice filme beaucoup plus sagement le déroulement de l'histoire.  Une seule fois elle s'autorise une nouvelle -et très belle- transition en fondu-enchaîné, entre l'eau et la foule dans laquelle avance puis rejoint son travail  le "dispatcheur" d'organes. C'est vrai que j'aurais peut-être aimé que le film entier aie cette texture-là, mais ce n'eût peut-être pas été raccord avec la tonalité de la suite, et son aspect documentaire et réaliste. Contrebalancé, d'une certaine façon, par le casting hallucinant et son défilé de visages connus et aimés. parfois dans des circonstances très différentes (je pense notamment à Karm Leklou, ici chirurgien, et là-bas -Coup de chaud- débile léger, ou à Finnegan Oldfield, là-bas terroriste -Nocturama- et ici fils très attentionné... mais chacun(e) des autres aussi, qui réussissent à habiter leur personnage pour nous faire oublier -accepter- que ce sont eux/elles qui le jouent...) J'ai lu le roman il y a un certain temps, mais me revenaient ça et là des éléments que j'en avais mémorisé : le chardonneret, "pas ses yeux", le fantasme de l'infirmière dans l'ascenseur...).
J'avoue que j'étais, à la sortie, dans un état émotionnel tel que je ne me sentais capable ni de convaincre tel C. goguenard et presque ironique, ni de réfuter tel qualificatif de "pathos" de P. Pour moi c'était un excellent film, et Katell Quillévéré avait parfaitement réussi son job. Le roman m'avait, toutefois, davantage fait pleurer que le film (c'est encore plus fort pour un écrivain que pour un cinéaste, de réussir à faire pleurer, non ?)
Et j'avoue que l'annonce de l'adaptation cinématograhique de Corniche Kennedy par Dominique Cabrera (une cinéaste à mon avis  scandaleusement sous-estimée) me fait d'ores et déjà saliver...

150369

 

Posté par chori à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 25 octobre 2016

micro164

*

j'ai acheté des côtes de bettes bio
du jardin pédagogique du fjt

*
Et j'ai cuisiné mon premier gratin de côtes de bettes!
(je l'ai fait "aux moules")

*

physalis & phimosis
(sur le gâteau d'anni d'Annette)

*

exactement pareil
vis-à-vis des couples hétéros que des couples gays
(peut-être encore plus avec les couples gays)

*

le doigt ds l'Ognon
(à Malans)


"
The whole kingdom, Snow-White..."

(bande-annonce de Snowden)

*

l'année prochaine, j'aurai une rose trémière juste devant ma porte d'entrée
(en bas des marches, quand même)

*

"Et vous, vous êtes trop beaux pour faire le ménage..."
(Wild)

*

 l'exaltation :
écouter compulsivement(et sans pouvoir m'arrêter)
"Je dois m'en aller" de Niagara ce matin dans la voiture

*

 Jessica93

*

 Il retire de l'argent, collé contre le distribanque
comme s'il était devant un urinoir
et qu'il ne voulait pas qu'on voie sa bite

*

 le Tour de France 2017 passera à Vesoul : pffff! (soupir)

*

la Turquie vient de décider de rester à l'heure d'été.

*

Posté par chori à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 24 octobre 2016

madame thérouanne et le compteur à budget

LA FILLE INCONNUE
de Luc et Jean-Pierre Dardenne

(Pardon pour le titre, je n'ai pas pu m'en empêcher, mais je n'ai rien inventé, il en est vraiment question dans le film, même si très furtivement... ceux qui me suivent comprendront!). Bôô cinéma, séance de retraités, on est 9 dans la salle (et je suis le seul mec), pour ce Dardenne qu'on a en sortie nationale, et dont j'apprends par Marie à la sortie du ciné que, justement il a été remonté pour sa sortie, après le plutôt frais accueil Cannois qu'il avait reçu. Il est question de "7 minutes en moins", et d'un "nouveau film" (pour ceux qui ont vu les deux versions...)
Cette version-là me convient très bien, à une (toute) petite réserve près, la révélation du coupable à la fin du film qui ne me semble pas indispensable, ou tout du moins de ce coupable-là (et dans ces conditions-là). Jusque là, je me disais "Un Dardenne im-pec-ca-ble, mais qu'est-ce qui donc les avait ainsi chiffonnés, quelle mouche cannoise les avait donc piqués ? "  (mais, tiens, cette scène-là, précisément Téléramuche a adoré, et qualifie même de "une des scènes les plus fortes que les Dardenne aient  jamais tournée". Don't act.).
Adèle Haenel incarne un jeune médecin confronté à un problème de conscience : la mort d'une femme survenue après qu'elle ait eu refusé de lui ouvrir la porte de son cabinet, un soir, une heure après la fin de sa journée de travail. Elle culpabilise, et, pour elle tout va désormais se polariser autour de cette femme inconnue à laquelle elle voudrait, simplement, redonner une identité. Une reconnaissance.
Encore une bien belle héroïne dardennienne (j'adore Adèle Haenel, dois-je le préciser) confrontée à toute la Misère du Monde (dans le sens Bourdieuesque), grisâtre humide et froide, de pauvres gens, comme vous et moi, de petites vies, de salauds ordinaires, au fil de son investigation obsessionnelle. On est chez les Dardenne, et on a donc le plaisir de voir passer quelques habitués, la famille proche (Olivier Gourmet en fils et Jérémie Rénier en père, ça change !).
Jenny la doctoresse, dans son duffle-coat à gros carreaux, entêtée comme un petit animal (Adèle Haenel est sensationnelle de justesse), fouine, s'obstine, persiste et signe, subit quelques agressions verbales, se fait secouer à plusieurs reprises, "remettre à sa place", mais finira par découvrir le fin mot de l'histoire. En mettant son nez dans quelques affaires qui ne la regardent pas vraiment.
Mais attention, on n'est pas chez Agathie Christie, hein, on serait plutôt chez Simenon, infra-ordinaire, je le redis, petites gens, familles, petites douleurs ordinaires pour lesquelles Jenny est à chaque fois à l'écoute, et le prouve. Elle fait avec grande conscience son travail, mais l'accomode avec son idée fixe. Inlassablement.
Le scénario a tissé également une jolie trame secondaire en mineur, entre Jenny et Julien, son stagiaire qu'elle a secoué un peu, d'ailleurs, au début du film.
Un beau film, sans apprêt (aucune musique à part une petite chanson de remerciement, générique sur fond  de bruits de circulation anonymes), avec une caméra attentive et posée (ouf, on est loin de Rosetta) et des cadrages toujours aussi minutieux.

358852

Posté par chori à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 23 octobre 2016

encore des polars 3

CROCO DEAL
de Car Hiaasen

Un Hiaasen que j'ai particulièrement apprécié, même s'il n'est pas forcément le plus représentatif. Un personnage d'indien taciturne (jeune) particulièrement sympathique, réfugié sur une île avec une demoiselle énervante au début mais attachante ensuite. Une île où vont se croiser pas mal de brindezingues de tout acabits, notamment une mère de famille un peu zinzin qui a organisé une fausse excursion en canoé pour se venger d'un vendeur téléphonique qu'elle a trouvé spécialement goujat. On y verra aussi l'ex-mari de la dame, et son fils aussi. Sans oublier le fantôme d'un touriste revenant en rêve réclamer une sépulture décente... Des embarcations, des roseaux, des mangroves, des va-et-vient sur terre et en mer, des mensonges, des révélations, des combines plus ou moins foireuses, tout ça dans un décor insulaire à peine plus "exotique" que d'habitude... Un de mes Hiaasen préférés je pense.

crocodeal

LA COLLECTION
de Paul Cleave

Celui-là m'attendait depuis quelques temps, et j'ai pensé que ça serait bien de changer d'air et de style. Erreur! Après toute une série de Hiaasen et de Smith, celui-ci m'a semblé si effroyablement "sérieux" que je n'ai pas réussi à le mener jusqu'au bout... J'avais adoré son premier (Un employé modèle), puis un moins le deuxième (Un père modèle), et encore moins le troisième (Nécrologie, où grosso modo chacun passe son temps à enterrer, déterrer, ré-enterrer des cadavres...) Nous sommes toujours à Christchurch, NZ, ce trou-du-cul-du-monde où chacun(e) est soi serial killer, soit victime de serial killer, soit enquêteur sur les serial killers, parfois même appartenant à plusieurs des catégories susnommées. Avec un collectionneur de serial kilers qui a enlevé quelqu'un qu'il prend pour un sérial killer, et le séquestre dans un endroit où lui-même eut affaire à des serial killers, etc. Et une jeune fille innocente a été enlevée et séquestrée comme dans le silence des agneaux. Et comme dans le silence des agneaux, au bout d'une centaine de pages "en alternance" (un chapitre sur deux  concerne un mec juste sorti de prison - pas parce qu'il a tué un serial-killer à la fin de Nécrologie mais parce qu'il a tué une femme et sa fille sans le faire exprès-  , et l'autre l'histoire du collectionneur de serial-killers) je n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir à la fin si elle était toujours vivante. Et j'ai lu les 100 dernières pages à reculons. Voilà, ça ne m'a pas du tout enthousiasmé. Peut-être ne pourrai-je plus lire de polar "sérieux" ?

-Cleave-Collection-8

MAUVAIS COUCHEUR
de Carl Hiaasen

Je me suis donc remis illico aux choses plus drôles... Et j'ai bien fait. Tiens, ça commence comme du Mark Haskell Smith (à moins que ce ne soit le contraire) : il est question d'un bras coupé retrouvé par des pêcheurs (du dimanche) au fond de l'eau. Ce bras appartient à un financier un peu véreux, dont la veuve vient faire constater le décès et revendiquer la succession, soupçonnée aussitôt de meurtre par la fille dudit. Et l'enquête est menée par un flic rétrogradé à la "brigade des cafards" (inspections sanitaires dans les cuisines des retaurants) parce qu'il a sodomisé avec un tuyau d'aspirateur le mari de sa maîtresse... Du Hiaasen pur jus, donc. Avec des promoteurs (comme toujours) véreux, des sorcières vaudou, des Bahaméens spoliés, des spéculateurs immobiliers, des voisins sans scrupules, et, comme trait d'union entre tous ces agités du bocal, un singe qui a tourné avec Johnny Depp mais s'avère spécialement mal embouché. Un roman dense, foisonnant, où ça court dans tous les sens, et, comme toujours, extrêmement drôle. Avec beaucoup d'humour (noir donc) et un retournement de situation que je n'avais pas du tout envisagé. Hautement recommandé.

mauvaiscouch

TRIGGERFISH TWIST
de Tim Dorsey

Celui-là a une histoire, il ne coûtait qu1€ chez Bouliniuche, mais m'a coûté, en plus, mon porte-feuille, ma carte visa et 25€. C'était le seul bouquin de Tim Dorsey que j'ai pu trouver dans tout Paris! Quelle mystérieuse confrérie les a donc tous fait soigneusement disparaître des rayons des libraires ? Ce monsieur est rangé (dérangé aussi, un peu, il faut le reconnaître) dans la clique des "joyeux drilles", cousinant avec Hiaasen et Haskell Smith. D'où mon intérêt.

(un blanc pour exprimer que le temps -de la lecture- a passé.) Je viens de le reposer, et c'est vraiment quelque chose. La scène finale, celle vers laquelle auront convergé, pendant 350 pages, les différents protagonistes du bouquin, peut être taxée de feu d'artifice et/ou  de folle furieuse (mais au sens zygomatique du terme). Si l'intrigue policière pourra sembler un peu lâche à certaines, la galerie de personnages croqués par Tim Dorsey justifie à elle seule la lecture (de ce qui, coup de bol, semble être d'après wikipédiuche le premier de la série, publiés dans le désordre qu'il ont été, dixit l'auteur- aux US d'abord et en France ensuite, donc le hasard a très bien fait les choses. Bien que, tiens j'y repense, il soit fait allusion (en note de bas de page) à un autre, Florida Roadkill, qui a donc été écrit avant, et d'ailleurs été traduit effectivement en premier...*) Avec, visiblement, un personnage récurrent de... serial-killer! (mais beaucoup plus drôle que chez Cleave), prénommé Serge. Un mec érudit, charmant, plein de bonne volonté mais un peu perturbé, et qui tue plutôt, dirons-nous... à bon escient. Le Serge en question étant flanqué de deux comparses "à la vie à la mort" : une bombasse cocaînomane et un grassouillet fumeur de pétards... C'est vraiment très drôle, férocement drôle même, et je me réjouis qu'il m'en reste donc une bonne quinzaine à lire (en comptant ceux qui n'ont pas encore été traduits...) Tout ça valait bien un portefeuille sans doute!

triggerfish

 

* Vérification faite, Florida Roadkill est bien le premier de la série, puisqu'il raconte la rencontre de serge et de Coleman (le grassouillet haschischin)... celui-ci serait donc le deuxième...

 

Peti

Posté par chori à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 22 octobre 2016

dans la boulangerie

SAGA
de (et avec) Jonathan Capdevielle

Il s'agit ici de "spectacle vivant".
Le décor est d'abord planté (dans le noir) dactylographiquement sur un clavier de très vieil ordi (amstrad). Celui de l'enfance tarbaise de Jonathan C., de son copain, de sa soeur. Tous est tapé en direct, avec frappe, corrections, et bruit des touches. Puis viennent les voix. Le père, la soeur, le pote, le chien, ça fleure bon le sud-ouest, la famille, la convivvialité pastissière, la déconnade... puis la lumière monte et on ne voit d'abord qu'une jeune fille, côté cour,  en train d'escalader un genre de grosse montagne poilue qui occupe la moitié de la scène Avant que n'apparaisse, en jardin, à la faveur d'une bascule lumière, Jojo, en short et chemise rouge, enfant immobile et de dos face aux scènes de son passé. Ca continue de discuter en famille, le père, la soeur, la mère, le pote en visite, et je réalise soudain (j'ai mis un certain temps) que rien de tout ça n'est enregistré mais que tout se joue en live. Toutes les voix. Premier choc.
Jonathan Capdevielle évoque ses souvenirs d'enfance, les recrée sur cette scène, par voix et par corps, et nous jette en pâture toutes ces bribes, tous ces détails, ces indices en quelque sorte d'une histoire qu'on s'efforce de reconstituer.
La forme proposée est simple, minimaliste, mais le traitement en est extrêmement cérébral. Pendant largement plus de heures, tout de même, on va assister au(x) représentations physiquement mentales (ou mentalement physiques, vous l'attendiez, celle-là) de cette enfance, puis adolescence, puis... à un moment on ne sait plus où et quand on est mais ça n'a pas d'importance. le travail des voix est sidérant, mais les corps aussi le sont, dans la variété des propositions (immobilité totale, danse, chant dans des positions a priori inconfortables, longue scène à QV(s), il y en a pour tous les goûts.. Et bon c'est vrai que dès qu'il ya de la QV sur scène, c'est tout de suite pour moi une motivation et une source de plaisir esthétique conséquents.)
Il est question de sud-ouest, il est question de famille, d'enfance, il est aussi question aussi d'homosexualité (la découverte et l'affirmation progressive de). on y chante aussi bien des vieilles chansons traditionnelles (Se canto, que mon père me chantait, et que j'ai reconnu avec émotion) que du Céline Dion (à 3 voix), je ne pouvais donc que me sentir à l'aise, presque en terrain de connaissance.
Bon la longue scène de vidéo finale (après sortie successive de chacun des personnages, qui disparaissent dans les coulisses, dans le noir et dans les limbes) n'était pas forcément indispensable, mais l'ensemble reste tout à fait fascinant.

Posté par chori à 07:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 18 octobre 2016

cul de porc rôti

BROOKLYN VILLAGE
d'Ira Sachs

Et de quatre!
Oui, quatrième film magnifique d'affilée ! (Après Nocturama, Jeunesse,et Rodeo) Toujours dans le bôô cinéma, et toujours pour 5€ je le rappelle... Le nouveau film d'Ira Sachs, dont on avait déjà programmé (et beaucoup aimé) le précédent Love is strange. Brooklyn village n'est pas le titre original (Little men) et aseptise hélas (ou boboïse) un peu le propos du film.
Où une famille (papa, maman, fiston) vient justement à Brooklyn pour y emménager au première étage de la maison que le grand-père leur a laissé. Ils sympathisent avec la voisine du dessous, qui tient une boutique que le grand-père lui louait à un tarif plus qu'amical. Mais la soeur du Papa aimerait bien récupérer de l'argent, et propose donc d'augmenter roborativement le loyer de la dame en question. Dame qui a un fils qui a, entretemps, très vite sympathisé avec le fils des voisins du dessus. Les voilà bras dessus-bras dessous, copains comme cochons, complices, tandis que la situation se dégrade plutôt entre leurs parents respectifs...
Une histoire de famille(s) et de vie assez simple, traitée en tout cas très simplement. Avec douceur. Oui, malgré une histoire de gros sous assez délicate, c'est un film... délicat. (j'emploie a dessein deux fois le même adjectif dans des acceptations tout à fait différentes car c'est là une des forces du film, de traiter les différentes situations pas forcément comme on aurait pensé qu'elles le seraient. De dire "Qu'est-ce qui a vraiment de l'importance ? Qu'est ce qui compte ?"). Le délicat des uns n'est pas forcément celui des autres...
Pour ce qui est des histoires de famille, le film m'a évoqué le magnifique Les secrets des autres (que j'adore), dans la bien-aimante attention qu'il porte à chacun de ses personnages. Les deux ados sont absolument parfaits (ils sont le liant affectif du film, par la simplicité et l'évidence de leurs rapports, leur complicité, la part d'enfance qu'ils portent encore, les sentiments qui les rapprochent) contrebalançant comme ils le peuvent la guerre de tranchées où s'affrontent -avec de part et d'autre une certaine maladresse et peut-être aussi mauvaise foi ?- les adultes. Ils sont légers et attendrissants (très jolies scènes de déambulations urbaines) comme une paire de Bambi(s).
J'ai pleuré à plusieurs reprises (j'ai dit en sortant à mes copines que j'avais le sentiment de vivre des émotions plus intenses dans les films que dans ma "vraie" vie), et j'avoue que j'ai désespérément souhaité que tout ça puisse finir bien, happy end, sans dommage. Mais Ira Sachs sait (a le courage de) rester "réaliste" (lucide ?), et la scène finale va juste dans ce sens...
Adieu l'enfance.
Chacun reprend (a repris) sa place...
& life goes on...

024782

Posté par chori à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]