lundi 1 mai 2017

avril 2017

1er avril (derrière la porte de la cuisine)
Au fond d'un grand sac plastique  rempli de sacs plastique plus petits, retrouvé un seul d'entre eux, en plastique rouge et blanc,  tombé mystérieusement en miettes, décomposé
2 avril (dans la cuisine)
Comme chaque année, le retour des fourmis en quête de sucre (il semblerait que cette fois elles arrivent par les canalisations)
3 avril (sur la route)
rouler pendant quelques minutes sous une splendide lumière d'orage, avant que de se faire copieusement arroser par celui-ci, quelques minutes aussi
4 avril (dans le hall du CDN)
Rodolphe Burger s'est approché de moi, il voulait juste savoir ce que j'étais en train de manger, je le lui ai bafouillé...
5 avril (plate-bande 1)
A contre-coeur, je me suis vu forcé d'éclaircir une trémière qui faisait trop d'ombre à mon petit groseiller
6 avril (FJT)
Ne pas oublier les lasagnes (délicieuses)  puis les oeufs à la neige (idem) de ce midi (peut-être juste parce que j'avais très faim ?)
7 avril (en face de la pharmacie)
avant d'arriver au cinéma, cet ouvrier torse-nu au soleil sur un chantier que mon appareil-photo n'a daigné photographier que flou
8 avril (tableau électrique)
une histoire incompréhensible de disjoncteur différentiel, (qui disjoncte, justement et ne veut pas re-joncter),  me fait appeler à l'aide différentes personnes, en vain, et finit par se résoudre "comme ça", tout aussi incompréhensiblement
9 avril (dans la cuisine)
re-sorti du carton le blender à smoothies (ce midi : poire, lait d'avoine et cerises -surgelées!-)
10 avril (LSF)
Signé par Pépin, la différence entre escargot et hirondelle
11 avril
("mon" mur)
Chaque fois que je bagarre pendant un certain temps pour arracher le lierre, je finis par penser à la chanson de Maxime Leforestier La rouille
12 avril (parking)
Un gros routier à l'air furibard est descendu précipitamment de son bahut et a foncé sur un automobiliste (qui devait l'observer avec trop d'insistance)  qui a démarré sur les chapeaux de roues. Moi, je lisais, tranquille, un peu plus loin (tout ça dans mon rétro)
13 avril (pharmacie)
le plaisir de reconnaître immédiatement, derrière le comptoir, la jeune Léa K. que j'avais connue enfant, puis adolescente, il y a... un certain temps
14 avril (plates-bandes)
Mais où se cachent-ils donc, toute la journée, ces escargots  qui boulottent gloutonnement les feuilles de mes roses trémières, pendant la nuit ?
15 avril (boîte aux lettres)
reçu ce jour l'invitation pour le traditionnel anniversaire (le 33ème, cette année) du colza, et me suis ému de combien tout ça était soigné, jusqu'au moindre détail
16 avril (cuisine)
me suis lancé, de bonne heure, dans un "gâteau magique aux framboises" (et je préfère l'écrire avant d'en connaître le résultat)
17 avril (anniversaire du colza)
froid et humide pour cette 33ème édition, où il fut question dans les lectures de l'influence des rêves, de la description de la banane, du museau de l'ours polaire, des règles du deuil, et du sens de la vie...
18 avril (PHAJ)
A priori, on pourrait croire que c'est mieux de manger tout seul, parce qu'on a une vue imprenable sur le défilé des travailleurs qui passent à la caisse, mais non, finalement, c'est beaucoup moins agréable que lorqu'on y mange à plusieurs...
19 avril (Cinéma Victor Hugo)
Sortir de Corporate, avec Emma, demander quel film passe ensuite, et, coup de chance, enchaîner avec L'Opéra
20 avril (Super U)
deux jeunots embarrassés tournicotent et finissent par me demander si je peux leur rendre un service : passer avec eux à la caisse parce qu'ils ont acheté de l'alcool... je leur réponds que j'étais enseignant, qu'idéologiquement, je ne peux pas cautionner ça, ils me répondent gentiment "oui mais vous n'avez pas été notre prof...", mais n'insistent pas davantage
21 avril (étagères)
retrouvé, après l'avoir cherché longuement, le livre de Kazuo Ishiguro Auprès de moi toujours, parce que j'avais envie de le lire, mais découvrir au même moment, sur ce blog, que je l'ai déjà lu, il y a quatre ans (et n'en ai aucun souvenir)
22 avril (6, rue du moulin)
trois matins de suite que je rate le facteur pour lui rendre cette lettre qu'il m'a distribuée par erreur, je suis donc allé la remettre moi-même dans la boîte aux lettres de son destinataire
23 avril (au bureau de vote)
mon candidat (le même qu'en 2012) a vu son nombre de voix multiplié par 3
24 avril (cours de LSF)
J'ai failli me lever et partir au bout de dix minutes, tellement je ne comprenais rien de rien de rien au début
25 avril (dehors)
Comme Catherine l'avait annoncé (et pourtant on avait du mal à la croire) il a plu -copieusement- cet après-midi
26 avril (Publisher)
à peine plus d'une journée pour mettre en page et composer les en-têtes des 15 films de la programmation de mai, (temps de Toussaint, ça tombait bien...)
27 avril (en face)
ma voisine m'emmène dans son jardin pour me montrer tout ce qui a souffert des gelées : le vinaigrier, la bignonne, les hortensias, et la vigne au-dessus du portail...
28 avril (dans ma cour)
grâce à Manue et à son coupe-branches, réussi un toilettage de printemps du gros rosier au coin du mur, qui était devenu hirsute
29 avril (Cuse)
écrit les scores des parties de scrabble successives au dos de différents bullletins de vote du (tout récent) premier tour, fournis par Catherine
30 avril (vide-grenier)
Je n'ai pas réussi à vendre les calendriers que j'avais confiés à Isa et François, mais j'ai récupéré sur leur étal une splendide figurine de petite bonne femme qui souffle dans une langue de belle-mère lorsqu'on lui appuie sur la tête

Posté par chori à 05:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 1 avril 2017

mars 2017

1er mars (à la Poste)
Une lettre postée à Vesoul, à destination de Vesoul, qui met cinq jours pour aller à Dijon, puis cinq autres pour en revenir (délivrée, donc, 10 jours plus tard)
2 mars (Saulon)
J'entends parler pour la première fois du "familistère de Guise", duquel tous les autres, autour de la table, semblent pourtant familiers
3 mars (Grattery)
Comme les enfants qui rentrent de l'école, j'ai bâclé les devoirs (langue des signes) pour pouvoir jouer
4 mars  (au Super U)
Le monsieur devant moi avait acheté une splendide orchidée fuchsia qu'il avait posée sur le tapis roulant et qu'il était obligé de maintenir de la main pour éviter qu'elle ne bascule à chaque avancée du tapis.
5 mars (TLMVPSP)
Les quatre candidats (trois filles et un garçon) ont répondu à la question, en dessous de chacun d'eux apparaît sa réponse : soit "dinde" en dessous de chacune des trois filles, et "dindon" en-dessous du seul garçon du groupe.
6 mars (avec Marie)
le fait de gagner la dernière partie de scrabble génère suffisamment de dopamine pour faire aussitôt oublier les trois tôles que je me suis prises avant.
7 mars (en rentrant des Baties)
le plaisir d'entendre soudain Will you dance par Rodolphe Burger, Philippe Poirier et Julien Parrenaud, et de trouver ces guitares caressantes parfaitement en accord avec le moment
8 mars (au téléphone et par mail)
Difficile à finaliser, elle fut, cette Semaine Latino 6 (toujours un petit détail qui coinçait)... Adios Mai Morire (heureusement Zabetta était là...)
9 mars (chez moi)
Pépin a dit "jonquilles" j'ai répondu "narcisses". Il avait peut-être raison, finalement.
10 mars (en voiture entre Frotey et Coulevon)
Soleil. Baisser la vitre côté chauffeur, pour la première fois de l'année, parce qu'il fait "trop chaud".
11 mars (à la boulangerie)
La vendeuse m'a demandé si je préférais "en grandes tranches" (latéralement) ou en petites tranches (longitudinalement), pourtant je réalise  après coup qu'elle a finalement opté pour "tranches moyennes" (obliquement).
12 mars (panneau électoral)
Depuis ma fenêtre, j'ai vu ce jeune barbu arrêter sa voiture juste devant et en sortir des affiches qu'il colle, rapidement. Je me demande de quel parti il est question. Je l'apprend un peu plus tard : il a collé pour le Forum des Migrants. Très bien, ce jeune homme...
13 mars (cuisine)
J'ai fait une soupe que j'ai trouvée pas bonne : endives, oignon, patates et betteraves (je n'avais plus de fenouil) : à la fois sucrée et amère (beurk)
14 mars (parking)
Le livreur de patates a encore changé de remorque (mais se laisse faire toujours d'aussi bonne grâce)
15 mars (à l'Espace)
A la fin du spectacle, sur scène, tout se démantibule, l'écran, la rampe de projos (mais c'est fait exprès)
16 mars (en sortant du cinéma)
Le soleil et la chaleur "en vrai" étaient raccord avec ceux du film (Corniche Kennedy)
17 mars (Grattery)
Tirer le brigand au dernier coup et proposer "chimie" parce qu'on a composé le mot méthylène (cette phrase ne peut être comprise que par assez peu de gens, je pense)
18 mars (chez moi)
Un très joli sac, offert par Emma, qui représente un ours blanc vautré sur le mot DEMAIN, en majuscules, avec au dessus de lui les mots Je le ferai (elle me connaît bien...)
19 mars (printemps du cinéma)
Le hall était plein. Vraiment plein (il y avait même des gens qui faisaient la queue dehors). A 16h05, n'ayant pas avancé d'un pouce, j'ai pensé que je ne pourrais jamais être dans la salle à l'heure de début du film, et j'ai donc, fort dignement, fait demi-tour pour repartir, la tête haute.
20 mars (dans la cave)
Le nouveau livreur de fuel (intercepté au vol chez le voisin d'en face) ne gueule pas tout le temps ni n'émet d'opinions racistes. Deux bonnes raisons de le garder!
21 mars (dans la cuisine)
Le jean troué du jeune chauffagiste venu réparer la chaudière, vu de dos pendant qu'ils se lavait les mains, attendrissant
22 mars (sur cam4)
Ces deux mecs qui retapent un appartement moscovite (papiers, peinture, plancher, éclairage) et qui finissent par bosser à poil, ce que je trouve presque hypnotisant
23 mars (dans le frigo)
Un peu d'odorat (et de goût) tout à coup réapparus me font apprécier le chou-fleur aux épices que je mangeais pourtant depuis hier sans en distinguer pourtant les saveurs
24 mars (?)
Il me semblait pourtant bien avoir écrit quelque-chose, le 24 au soir, mais le lendemain  je n'ai plus rien retrouvé, peut-être ai-je juste oublié de l'enregistrer (mais peut-être aussi de l'écrire)
25 mars (plates-bandes)
J'ai à peine désherbé une petite heure, et je me sens moulu comme si je venais de courir le marathon de New-York
26 mars (dehors)
le plaisir de voir le premier bourdon de l'année, bourdonnant avec insouciance alors qu'il n'y a encore pas grand chose à boulotter pourtant
27 mars (LSF)
Ca y est! On a appris à signer pipi et caca (passage obligé de tout apprentissage linguistique)
28 mars (parking)
Un vieil homme apparaît, et vient se superposer avec le personnage de vieil homme dans la nouvelle de Lorrie Moore qu'on est justement en train de lire
29 mars (dans le tram à Besac)
Mon jeune voisin de gauche laisse entrapercevoir par la déchirure de son jean slim noir un genou droit de sauterelle
30 mars (au bar du ThéV')
Philippe Z. m'avait dressé, à la fin du spectacle, un topo succinct sur la carrière du musicien live (que je ne connaissais pas du tout) que j'avais beaucoup apprécié sur scène, topo qui m'a été fort utile lorsque j'ai eu l'occasion, quelques instants plus tard, de féliciter ledit musicien et d'évoquer sa carrière...
31 mars (devant chez moi)
Suite de la série "observation scrupuleuse des plates-bandes" : aujourd'hui la première tulipe

Posté par chori à 06:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 1 mars 2017

février 2017

1er février (parking)
En vadrouille sous un soleil presque printanier, j'ai accidentellement retrouvé mon livreur de patates, qui a juste changé de remorque
2 février (dans la cuisine)
C'est la Chandeleur, alors j'ai fait des crêpes (avec un reste de rhum arrangé de chez les D.). Beaucoup. Trop.
3 février (à la télé)
Une émission de deux heures sur Jean-Christophe Averty (qui me permet de retrouver certains plaisirs de mon enfance)
4 février (dans la boîte aux lettres)
J'ai enfin reçu le peignoir commandé mi-novembre (et j'ai donc pu enfin jeter l'autre, que je traînais depuis plus de 30 ans!)
5 février (chez les voisins)
Cela faisait plus d'un mois qu'on n'avait pas joué au Okey. J'ai perdu toutes les parties.
6 février (chez Pépin)
Bu du thym en peaufinant ma phrase signée sur "Rouge noir et ignorant"
7 février (dans ma cuisine)
Mangé à 23h et quelques ce morceau du filet mignon cuit le matin à  basse température, et resté dans le four sans en souffrir aucun dommage
8 février (au cinéma)
Me retenir pendant une séance entière d'expulser ces gaz véhéments, pour éviter de déranger ma voisine de gauche
9 février (ebay)
il aura fallu trois remises en vente successives mais une seule enchère pour que je remporte enfin le dossier de presse de Paterson (en ne m'en préoccupant pas du tout)
10 Février (à Noidans)
Bu le café chez les Soria, dans leur belle nouvelle cuisine (qui résonne différemment d'avant), assis sur une de leurs très belles chaises

11 février (au cinéma)
Fait la bise dans la file d'attente à deux charmantes jeunes filles, deux soeurs que j'ai eues comme élèves il y a plus de 15 ans
12 février (in ze pocket)
J'ai pensé très fort à Catherine quand j'ai mis la main dans la poche de mon manteau et que j'y ai trouvé le carré de chocolat qu'elle m'avait donné et sur lequel j'étais resté assis pendant deux heures...
13 février (au cinéma)
Les lumières se rallument dans la salle, dans le film sur l'écran un acteur appuie sur un interrupteur, et voilà que les lumières s'éteignent. Le hasard?
14 février (au cinéma)
Nous discutions sur le tapis rouge, dans le hall, à la sortie de Mandarines, il était question de tchétchènes, de géorgiens, d'estoniens et d'abkhases, et c'était comme si on n'avait pas envie de s'en aller...
15 février (chez Noz)
Il y avait un livre de Jean-Jierre Amette, et pas mal de de dvd de la collection Repérages, et je me suis un peu lâché...
16 février (au Théâtre)
Ma voisine de devant, qui s'était soudain mise à photographier sans vergogne le spectacle (2500 à l'heure) avec son téléphone, a eu l'air étonnée quand je me suis penché pour lui chuchoter que ça n'était pas autorisé...
17 février (chez le marchand de primeurs)
J'étais juste entré pour acheter un fenouil et j'ai discuté un moment avec mon ancienne directrice, que j'ai trouvé resplendissante, et son nouveau copain (que j'ai trouvé fort à mon goût)
18 février (cuisine)
Pour la première fois, j'avais précisément et exactement tous les ingrédients nécessaires pour la recette que j'avais décidé de faire  (deux endives, un fenouil, une pomme de terre et un oignon rose de Roscoff)
19 février (Gy)
Le plaisir parfait de ces dimanches "poulet/frites"  chez Régis et Emma, avec après-midi de jeux consécutive (Mixmot puis Okey)
20 février (Super U)
Pour montrer à quel point je suis rebelle, j'ai inauguré ma carte Cora à la caisse du Super U
21 février (sur la table de la cuisine)
Mon voisin m'a laissé une boîte  de dix oeufs, puis m'a envoyé par mail un lien donnant le moyen de vérifier s'ils étaient frais ou pas
22 février (youtube)
pleuré un peu de très bonne heure (et de très bonheur) en regardant le clip de Good de Rodolphe Burger (album éponyme à sortir le 24)
23 février (boîte mail)
reçu un mail d'un ancien ami, où il s'excuse de ne pas avoir répondu aux voeux que je lui avais adressés début 2016! (il vient de les retrouver dans ses spams)
24 février (dans la cuisine)
Du jamais vu : par la petite fenêtre à ma droite, je vois qu'il pleut. Par la fenêtre, devant moi, je vois qu'il ne pleut pas (notion de "bord de nuage" ?).
25 février (chez Dominique)
Pour cette petite soirée d'anniversaire, j'étais tellement en avance que j'ai fini par arriver plutôt en retard...
26 février (Chez Elizabeth et Jacques)
Elizabeth nous  avait fait un excellent dessert italien aux pommes caramélisées, "Mele della nonna" (dont j'ai oublié de lui demander la recette).
27 février (Grattery)
Pépin nous a fait deviner les ingrédients de sa soupe, et j'ai fait deviner ceux de mon cake salé
28 février (Chez Marie-Hélène V.)
Appris par Claude que ses fils sont allés chez T. acheter tous les cartons restants de vin de Motey-Besuche, tant ils l'appréciaient.

Posté par chori à 05:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 1 février 2017

janvier 2017

(C'est Isabelle T. qui m'avait fait découvrir sur son téléphone  l'appli qui permettait d'enregistrer une seconde de film par jour et de les visionner ensuite bout à bout, comme un survol filmé de l'année... le projet m'a plu, et je l'ai donc transposé ici, mais sans image. Merci, Isa!)

1er janvier (à Gy)
Dominique fait plus de 200 points en un coup en faisant un scrabble sur deux triples au dernier tour de la partie, avec CHALUT(E)S
2 janvier (à Frotey)
Premier repas de midi avec Catherine et Marie, alors que personne ou presque n'a encore repris le travail
3 janvier (chez moi)
Je me fais un citron chaud avec le petit citron que m'avait donné Francette, poussé sur son citronnier à elle
4 janvier (sur l'ordi)
Regardé, la larme à l'oeil, le dernier épisode de Rectify, saison 4
5 janvier (sur la route entre Coulevon et Vesoul)
Un coup de fil à ma soeur, en réponse à ses trois appels d'hier à propos du calendrier que je lui ai envoyé pour son anniversaire ("C'est moi qui l'ai fait...")
6 janvier (au Super U)
J'achète un disque dur externe en promo (1To) pour ranger toute ma musique. Avec les pépettes sur ma carte U  ça ne me coûte que 8€!
7 janvier (dans ma cuisine)
Manue a apporté une jolie petite galette, on a tiré les rois, et c'est elle qui a eu la fève (un souffleur de verre)
8 janvier (chez moi)
Je fais une tarte au fromage blanc "Tout est périmé"( le fromage blanc, les oeufs, la pâte)
9 janvier (à la Poste)
J'ai envoyé à Malou le premier fascicule de "Je construis ma maison de poupée" (avec en cadeau la cuisinière à bois, un faitout, une poêle et un couvercle)
10 janvier (chez moi)
Reçu de Londres une x-mas card banale d'apparence mais moi je sais bien que non ... :o)
11 janvier (sur la chaîne météo)
Ils annoncent 2 flocons pour vendredi, samedi, et dimanche, et jusqu'à -15° pour la semaine prochaine...
12 janvier (sur le répondeur)
Un message de Malou qui me met un grand sourire aux lèvres
13 janvier (parking de Calmoutier)
J'y suis retourné, après un long temps sans : ils ont commencé à ratiboiser tous les arbres en partant du bas : il n'y aura bientôt plus rien... :o(
14 janvier (devant la télé)
Regretté de ne pas sentir en buvant un thé noir à la fleur d'oranger et aux pétales de rose
15 janvier (dans ma chambre)
Ajouté une deuxième couette, en prévision des températures polaires annoncées...
16 janvier (Coulevon)
Le coffret "Catherine Lara / Les années CBS 72-80" (les 8 premiers albums), comme si j'avais voulu racheter un peu de mon adolescence
17 janvier (dans le journal)
L'annonce du décès de Serge T. m'a touché. Je ne le connaissais pas personnellement mais je m'en sentais "assez proche"...
18 janvier (devant le cinéma)
Les étoiles dans les yeux, tous les quatre, en discutant à la sortie de Paterson
19 janvier (au Thé v')
Index, par la compagnie Pyramid : cinq jeunes danseurs qui hip-hopent avec les fauteuils, les bibliothèques et les livres (avec des petits culs ma-gni-fi-ques)
20 janvier (au FJT)
Avec Catherine, ce midi, on a mangé des moules et des frites avec les doigts (et avec grand plaisir)
21 janvier (chez moi)
Emma est passée boire le café pendant que Félicien était à son cours de maths, elle a apporté des marrons glacés
22 janvier (chez mes voisins)
On attendait les résultats des Primaires de la gauche à la radio, et on a entendu le générique de début du Masque et la Plume
23 janvier (au FJT)
Bien qu'en plein repas, nous ne nous sommes pas formalisés et chacun(e) a partagé ses expériences coloscopiques, pour répondre aux inquiétudes d'Isabelle concernant son cher et tendre
24 janvier (dans ma cuisine)
Après une défaite particulièrement cuisante au Scrabble avec Marie, je m'octroie le réconfort d'un chocolat chaud maison avec tartines beurrées
25 janvier (dans la boîte aux lettres)
deux livres reçus ce jour : un offert (Anagrammes pour lire dans les pensées, mes étrennes de Catherine P.), et un acheté (LONDON WC2, de Gilles Sebhan)
26 janvier (au Thé'V')
Me suis endormi au spectacle de Philippe Genty. Post-it pour la saison prochaine : ne pas prendre le spectacle de P.G
27 janvier (Grattery)
En passant sous le petit pont étroit, ça va drôlement plus vite...
28 janvier (chez mes voisins)
Ma voisine vient de me rendre deux t-shirts que je lui avais confiés il y a cinq ou six ans (pour qu'elle  me les raccourcisse parce qu'ils étaient trop grands) et qu'elle avait égarés. Il n'y a plus besoin désormais de les retoucher...

29 janvier (dehors)
Ainsi fond fond fond... (enfin!) Mais bon, dessous c'est moche!
30 janvier (Maison des Associations)
Sur Internet, le mot "Espagne" se signe à une main, mais, à notre cours, il se signe à deux
31 janvier (dans la boîte aux lettres)
Reçu les numéros 103 et 104 (rouge et vert) du Courrier du Lecteur ™, dont pour une fois je connais tous les auteurs mais où je découvre avec grand plaisir des extraits de livres que j'ai prêtés à mon ami Philou


 

Posté par chori à 06:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]